Cadeaux sur la feuille d'impôt : Jean-Marie Bigard s'excuse, Michel Charasse "furieux" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cadeaux sur la feuille d'impôt : Jean-Marie Bigard s'excuse, Michel Charasse "furieux"
©

Retournement de veste

Cadeaux sur la feuille d'impôt : Jean-Marie Bigard s'excuse, Michel Charasse "furieux"

Après avoir fait état sur France Info des cadeaux fiscaux prodigués par Michel Charasse quand il était ministre du Budget, Jean-Marie Bigard s'est rétracté dans les colonnes du Parisien. Il a ensuite présenté ses excuse à l'ex-ministre de François Mitterrand.

"Charasse n'a jamais déchiré ma feuille d'impôt". Interrogé ce jeudi soir par Le Parisien, Jean-Marie Bigard est revenu sur ses révélations faites à France Info le matin. Il avait alors assuré que  Michel Charasse, du temps où il était ministre du Budget (entre 1988 et 1992), faisait régulièrement des "fleurs fiscales" aux artistes. Des informations que le principal intéressé avait immédiatement démenties. "C'est faux et con. Ce n'est jamais arrivé !" avait déclaré l'ex-ministre de François Mitterrand, chargé à l'époque de rétablir l'impôt sur les grandes fortunes. 

Jeudi, Jean-Marie Bigard s'est laissé aller au micro de France Info. "Charasse était plutôt assez sympa avec les artistes. Tu avais un problème d'impôts, il disait : "Vous pouvez jouer au truc socialiste? Quand il y a une réunion de machin... Et ça aussi vous pouvez le faire?" Et puis il prenait la feuille et la déchirait".

Regrettant la tempête médiatique déclenchée par ses propos, l'humoriste s'est rétracté quelques heures plus tard : "Charasse n'a jamais déchiré ma feuille d'impôt puisque cette histoire remonte à 35 ans et qu'à l'époque je débutais seulement ma carrière. C'est une anecdote qui circule dans le métier et que l'on m'a racontée, mais je ne l'ai pas vécue personnellement. Mais ne comptez pas sur moi pour balancer. Je ne vous dirai pas quels artistes cette pratique a pu concerner". "Je regrette (...) Je n'aurais pas dû colporter cette rumeur qui se racontait à l'époque. Je présente vraiment mes excuses sur ce point à Michel Charasse. Il a bien raison de dire que c'est faux et con.", a-t-il également déclaré à l'AFP, ajoutant avoir "simplement évoqué ce que Michel Charasse reconnaît : il y a 35 ans, il y avait effectivement des vedettes très connues qui pouvaient arranger leurs problèmes d'impôts, notamment en obtenant des délais".  Tout de même. 

Lu sur metronews.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !