Bygmalion : la signature de l'ancien trésorier de l'UMP "scannée" sur plusieurs fausses factures? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bygmalion : la signature de l'ancien trésorier de l'UMP "scannée" sur plusieurs fausses factures?
©Reuters

Nouveau rebondissement

Bygmalion : la signature de l'ancien trésorier de l'UMP "scannée" sur plusieurs fausses factures?

"L'expert a identifié deux systèmes différents de signatures contrefaites, soit via une imprimante laser, soit via un système à encre bleue", écrit le JDD.

L'ancien trésorier de l'UMP, Dominique Dord, aurait-il signé lui-même les documents litigieux de l'affaire Bygmalion ou aurait-on emprunté sa signature? Selon le JDD de ce dimanche matin, Dominique Dord n'aurait pas été mis en examen à cause d'une anomalie détectée au bas de plusieurs fausses factures : sa signature, "toujours la même", précise le journal, "comme si elle avait été scannée". "L'expert a identifié deux systèmes différents de signatures contrefaites, soit via une imprimante laser, soit via un système à encre bleue", écrit le JDD.

Le JDD a contacté l'une des treize personnes mises en examen dans cette affaire, qui sous couvert d'anonymat, a réagi avec consternation : "Dord avait donné son feu vert pour que l'on signe à sa place en cas d'urgence en son absence, mais exceptionnellement, et en étant prévenu ensuite. Ce que l'on découvre là est potentiellement très grave, comme si on entrevoyait un système mafieux au sein du parti."

Selon le journal toujours, le juge Serge Tournaire devrait organiser une confrontation entre les 5 acteurs principaux de l'affaire : Jérôme Lavrilleux (ancien bras droit de Jean-François Copé), Guillaume Lambert (ancien directeur de campagne de Nicolas Sarkozy), Eric Cesari (ancien directeur général de l'UMP), Fabienne Liadzé (ancienne directrice financière de l'UMP) et Franck Attal (ancien patron d'Event, filiale de Bygmalion). L'affaire Bygmalion s'orchestre autour des frais de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy (en 2012)  et des 18,5 millions d'euros de fausses factures réglées par l'UMP. 

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !