Budget de la Sécurité sociale : les députés l'ont (de nouveau) adopté<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Budget de la Sécurité sociale : les députés l'ont (de nouveau) adopté
©

A voté

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) a été adopté par 318 voix contre 242.

Cette fois-ci devrait être la bonne. Le budget de la Sécurité sociale pour 2014 était une nouvelle fois en discussion à l'Assemblée nationale ce mardi. Rejeté par le Sénat le 14 novembre par 189 voix contre 139, ce projet a depuis été modifié. Il comprend désormais un volet sur la taxation de l'épargne révisé et un geste a été fait pour l'aide à la complémentaire santé des retraités. Et bien ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) a été adopté par 318 voix contre 242. Les socialistes, les radicaux de gauche et les écologistes ont voté pour.

A l'inverse, mais ce n'est pas une surprise, le Front de gauche de son côté s'est opposé à un texte qui "reste enfermé dans la voie de l'austérité et des reculs sociaux". Tout comme l'UMP qui a voté contre un projet qu'elle estime "dans le déni de la réalité du pays" et "infligeant un matraquage fiscal" (UMP). Pour l'UDI, qui a aussi voté contre, ce PLFSS constitue aussi "une nouvelle illustration de l'amateurisme du gouvernement".

Ce projet de loi a été amendé lors de sa nouvelle lecture, les députés ayant écarté les PEL, PEA et l'épargne salariale de la mesure d'alignement par le haut de la taxation de l'épargne. Les députés ont aussi revalorisé de 50 euros par an l'aide à la complémentaire santé (ACS) des plus de 60 ans, une mesure présentée in extremis par le gouvernement, dans la nuit de lundi à mardi, afin de faciliter mardi après-midi l'adoption de son projet de réforme des retraites après sa nouvelle lecture par l'Assemblée. L'ensemble des mesures du projet de loi doit permettre de ramener le déficit du régime général à 12,8 milliards d'euros en 2014. Le texte sera examiné par les sénateurs à partir de jeudi.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !