Bruno Le Maire : "Hollande ? Un homme qui subit", le "gouvernement à la ramasse"<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bruno Le Maire n'est pas tendre envers François Hollande
Bruno Le Maire n'est pas tendre envers François Hollande
©Reuters

Piques

Le député est monté au créneau pour critiquer les choix de François Hollande et de son gouvernement.

Bruno Le Maire figure majeure de l'opposition ? Le député multiplie les sorties médiatiques. Déjà très en vue la semaine passée face à Marine Le Pen dans l'émission "Des paroles et des actes", l'ex-ministre de l'agriculture a décidé de s'attaquer au président de la République et à sa politique. Pas question pour lui de rester silencieux.

Ce mercredi sur LCI, il a vu en François Hollande un "homme qui subit", avec "un gouvernement à la ramasse", en commentant l'aggravation du chômage, marqué par 43 900 chômeurs de plus en janvier. "C'est l'homme qui subit, il reste là, inerte, passif", a déclaré l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy. "Il continue à s'enferrer dans le traitement social du chômage que, droite et gauche confondues, nous avons essayé pendant vingt ans et qui fait de nous la lanterne rouge en matière d'emploi".

"Il est temps que l'on passe à un traitement économique du chômage", a martelé l'ancien ministre de l'Agriculture. "Le pays est découragé et François Hollande en porte la responsabilité", a encore dit l'élu de l'Eure, en accusant le chef de l'État de "mentir", en promettant inflexion du chômage, diminution des déficits et stabilité de l'impôt. "Ce gouvernement est totalement à la ramasse", "totalement incompétent", aux yeux de Bruno Le Maire qui a pointé le ministre Arnaud Montebourg "qui continue à faire son show" au lieu de "se remettre à son travail".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !