Bruno Gollnisch estime que Jean-Marie Le Pen est disposé à accepter que sa parole n'engage plus le FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bruno Gollnisch estime que Jean-Marie Le Pen est disposé à accepter que sa parole n'engage plus le FN
©Reuters

Indiscrétion

Bruno Gollnisch estime que Jean-Marie Le Pen est disposé à accepter que sa parole n'engage plus le FN

Présent ce lundi matin sur France Info, le proche du président d'honneur du FN a appelé "à l'apaisement".

Bruno Gollnisch espère que les choses vont un peu se calmer au FN. Après la grave crise que le parti a traversé, les relations entre Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen sont toujours aussi tendues. Dimanche, la présidente du parti a indiqué qu'il était souhaitable que la parole de son père n'engage pas le Front national. Si le président d'honneur n'a pas répondu en personne à cette "demande", Bruno Gollnisch l'a évoquée.

Pour lui, Jean-Marie Le Pen est disposé à accepter que sa parole n'engage plus le Front national, comme le veut Marine Le Pen. "Je pense qu'il est tout à fait prêt - je suppose - à donner acte que ce qu'il dit n'engage pas nécessairement le FN" a-t-il indiqué. Souhaitant "l'apaisement" au sein du parti, l'eurodéputé s'est dit en désaccord avec le jugement de Marine Le Pen assurant que son père "prend en otage" le mouvement. "Je crois que c'est grâce à l'action de Jean-Marie Le Pen que beaucoup de gens sont aujourd'hui élus. Dans un temps où l'on a fait manifester des millions de Français en défense de la liberté d'expression, ce serait quand même paradoxal que le seul qui en soit privé soit Jean-Marie Le Pen" a-t-il soutenu.

Toujours aussi proche de Jean-Marie Le Pen, il a salué l'homme qui "avec un courage et une persévérance inouïe, a unifié et maintenu la famille nationale et ceci devrait lui valoir la sympathie de tous (les) adhérents" du FN. Reste à savoir désormais quelle décision sera prise au Bureau exécutif du FN qui se réunit ce lundi.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !