Brexit : le suspens continue dans les discussions entre Bruxelles et Londres, si elles aboutissent tous les pays européens accepteront-ils les concessions qui ont été faites ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Van der Leyen
Van der Leyen
©STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP

Compte à rebours

Brexit : le suspens continue dans les discussions entre Bruxelles et Londres, si elles aboutissent tous les pays européens accepteront-ils les concessions qui ont été faites ?

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, et le premier ministre britannique, Boris Johnson, discutent directement, en cas d'accord il resterait un certain nombre d'étapes à franchir : les 27 devraient le ratifier à l'unanimité

Un accord dans la soirée ou dans la nuit était envisagé dans les couloirs à Bruxelles, mais ce matin pas de miracle. Les optimistes considèrent que tout est possible et soulignent qu'il reste une semaine pour conclure.

"Des désaccords importants ont subsisté jusqu’au dernier moment, notamment concernant le partage des quelque 650 millions d’euros de produits pêchés chaque année par l’UE dans les eaux britanniques. L’Europe avait proposé de diminuer de 25 % ses prises dans les eaux britanniques sur une période de six ans – une offre insuffisante aux yeux du Royaume-Uni." écrit Le Monde en citant l'AFP.

"Malgré son faible poids économique, la pêche revêt une importance politique et sociale pour plusieurs Etats membres, dont la France, les Pays-Bas, le Danemark ou l’Irlande. Mais les Britanniques en ont fait le symbole de leur souveraineté retrouvée après le divorce".

Même si un accord était trouvé, il resterait encore de nombreuses formalités qui devraient être mises en oeuvre rapidement souligne Le Figaro : "tout accord déclencherait, immédiatement, une course contre la montre. De nombreuses étapes sont nécessaires avant sa publication au Journal officiel de l’UE. À commencer par l’accord unanime des Vingt-Sept.Et, à entendre certains, c’est la deuxième étape cruciale du processus. Les diplomates de l’UE et les capitales auront besoin de quelques jours pour analyser ce texte aride et juridique. Pour peser et sous-peser l’ampleur des éventuelles concessions faites à Londres etévaluer l’équilibre général de l’accord."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !