Brexit : L'Irlande s'inquiète et tire la sonnette d'alarme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Brexit : L'Irlande s'inquiète et tire la sonnette d'alarme
©Reuters

Conséquence

Brexit : L'Irlande s'inquiète et tire la sonnette d'alarme

"Il s'agit de la période la plus difficile que doit affronter le pays depuis 50 ans", a déclaré John Bruton (69 ans), qui a été Premier ministre irlandais entre 1994 et 1997.

Depuis le vote du 23 juin pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le Premier ministre irlandais est sous pression et les sociétés s'inquiètent des conséquences dévastatrices du référendum pour l'économie du pays. 

"Il s'agit de la période la plus difficile que doit affronter le pays depuis 50 ans", a déclaré John Bruton (69 ans), qui a été Premier ministre irlandais entre 1994 et 1997, avant de devenir ambassadeur de l'Union européenne. 

L’Irlande est aussi particulièrement inquiète en raison de l’impact que pourrait avoir le Brexit sur la libre-circulation sur l’île et sur le processus de paix en Irlande du Nord. "Il est très clair : il fera tout ce qu’il peut pour protéger la zone de circulation commune et la situation de la frontière nord-irlandaise, étant donné le processus de paix", a déclaré le Premier ministre Irlandais Enday Kennt, qui s'était entretenu avec David Cameron avant son départ du 10, Downing Street. "La zone de circulation est en place depuis 1922 et l’UE elle-même est impliquée dans le processus de paix", a-t-il ajouté. 

La Grande-Bretagne et l'Irlande ont rejoint la communauté économique européenne en 1973. Après plus de quatre décennies, les deux pays restent indéniablement liés économiquement, culturellement, et linguistiquement. Près de 380 000 citoyens irlandais vivant en Grande-Bretagne pouvaient voter lors du référendum du 23 juin. 

>>>> À lire aussi : Oubliez le Brexit : l’Europe va devoir affronter son octobre rouge

Lu sur Bloomberg

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !