BP à l'heure du bilan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
BP à l'heure du bilan
©

Marée noire

BP à l'heure du bilan

Il y a 6 mois, les premières gouttes de pétrole commençaient à fuir au large du Mexique. Après de longues semaines de colmatages ratés, la fuite est aujourd'hui maîtrisée. Mais qu'en est-il de l'image de BP, se demande aujourd'hui le Christian Science Monitor.

 

Selon une étude réalisée réalisée cette année auprès des dirigeants et du public, les valeurs de transparence et de confiance seraient devenues aussi importantes que la qualité des produits. De ce point de vue, BP devrait se préoccuper au plus vite de redorer son image. D'autant que l'entreprise n'en est pas à sa première mise en cause pour des problèmes de sécurité dans ses installations aux Etats-Unis:

 

"Normalement, l'agressivité de l'opinion publique s'efface au fur et à mesure que l'entreprise cesse de faire les gros titres. Mais deux désastres au cours des cinq dernières années ont endommagé l'image de BP. En 2005, une explosion à Texas City a fait 15 morts, suivie un an plus tard d'une fuite au large de l'Alaska."

 

La tâche de BP est d'autant plus compliquée que le Christian Science Monitor estime que l'opinion publique est de moins en moins encline à pardonner aux entreprises fautives, avec des commentaires et informations négatifs qui ne cessent de s'échanger sur les réseaux sociaux. La compagnie pétrolière aurait pourtant quelques raisons d'espérer:

 

"Le temps joue peut-être pour BP. Le lobby de l'industrie pétrolière choisit soigneusement ses mots à Washington. Au fur et à mesure que l'affaire s'estompe dans les médias, ils sauront toujours rappeler au Congrès à quel point il est important de maintenir le niveau de la production domestique de pétrole"

 

L'argument de l'indépendance énergétique saura peut-être convaincre quelques Américains que les activités de BP restent malgré tout indispensables.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !