Bourse : le faux qui a fait s'effondrer l'action de Vinci | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bourse : le faux qui a fait s'effondrer l'action de Vinci
©Reuters

Flash crash

Bourse : le faux qui a fait s'effondrer l'action de Vinci

Le titre a perdu 20% dans la journée après la publication d'un faux particulièrement sophistiqué.

C'est une histoire peu croyable, dont les tenants et les aboutissants sont encore peu connus. Ce mardi 22 novembre, l'action du groupe Vinci s'est effondrée subitement, perdant plus de 20% au court de la journée, après l'envoi d'un communiqué de presse, repris par plusieurs médias financiers, annonçant la mise à pied du directeur financier du groupe après la découverte d'irrégularités comptables de montants de plusieurs milliards d'euros. 

Le faux était particulièrement bien réalisé : il incluait un lien vers un faux site, qui était un miroir du vrai site de Vinci, et un faux numéro de téléphone permettant de contacter le vrai porte-parole de la firme. Un homme a répondu aux appels et a confirmé la nouvelle, noramment au près de Dow Jones Newswire, une agence de presse financière réputée. Le premier faux communiqué fut suivi peu après d'un faux déni.

Il s'agit donc d'une tentative--réussie--de manipuler le cours de bourse de l'entreprise. Ce genre de tentatives existent, mais elles sont rarement aussi sophistiquées. Après la fermeture des marchés, un email anonyme fut envoyé à la presse pour revendiquer l'action, qui aurait été une réponse aux prétendus dommages à l'environnement provoqués par Vinci en France et en Russie, ainsi qu'aux salaires faibles d'ouvriers-migrants au Qatar. 

Vinci a publié un déni de l'information auprès du régulateur financier pendant la journée, et a porté plainte auprès du régulateur. La manipulation de la bourse est un crime en loi française et une enquête est en cours. 

 

Lu sur le Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !