Bourgi cible Le Pen, après Villepin et Chirac | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bourgi cible Le Pen, 
après Villepin et Chirac
©

A qui le tour ?

Bourgi cible Le Pen, après Villepin et Chirac

L'avocat franco-libanais a fait des révélations fracassantes sur le financement de la campagne présidentielle du FN en 1988.

Robert Bourgi a pris pour cible Jean-Marie Le Pen lundi avec une stratégie de communication parfaitement huilée. Il a lancé une première salve sur le plateau de Ruth Elkrief sur BFM-TV :

"M. Jean-Marie Le Pen a été reçu par le président Bongo et le président Bongo a financé la campagne électorale de M. Jean-Marie Le Pen en 1988."

La deuxième salve est venue sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus, quelques minutes plus tard. Non seulement Robert Bourgi confirme ses accusations, mais en plus il livre le nom des deux intermédiaires qui se seraient chargés de faire passer l'argent liquide à Jean-Marie Le Pen :

"Les deux intermédiaires à ce moment-là étaient deux officiers parachutistes qui ont servi en Algérie avec Jean-Marie Le Pen dans les années 1950, le général Martin et le colonel Bettencourt."

Les deux hommes auraient été à cette époque assez haut placés dans la garde présidentielle d'Omar Bongo.

Jean-Marie Le Pen, comme Jacques Chirac et Dominique de Villepin la veille, a affirmé qu'il allait porter plainte pour diffamation.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !