Bonnets rouges : à Carhaix, ils étaient 40 000 selon les organisateurs, 17 000 selon la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Manifestation des bonnets rouges le 2 novembre à Quimper.
Manifestation des bonnets rouges le 2 novembre à Quimper.
©Reuters

Ils remettent le couvert

Bonnets rouges : à Carhaix, ils étaient 40 000 selon les organisateurs, 17 000 selon la police

Cette manifestation visait à transformer l'essai du 2 novembre, à Quimper, qui avait réuni plus de 15 000 personnes.

Ils ne désarment pas. Samedi en milieu de journée, des centaines de bonnets rouges ont commencé à se rassembler à Carhaix (Finistère), pour l'emploi en Bretagne et contre l'écotaxe. Des dizaines de tracteurs et de camions, tous feux et gyrophares allumés, convergeaient vers le site du festival des Vieilles Charrues, une vaste prairie aux portes de la petite ville de 8 000 habitantsa constaté l'AFP

Selon une enquête BVA publiée le 9 novembre, 57% des Français souhaitent la fin de la fronde bretonne. "L'enjeu à Carhaix, c'est la mobilisation", explique Romain Pasquier, professeur à Sciences Po Rennes. Il s'agira de "voir si ce mouvement garde toujours le soutien populaire qu'il avait eu a Quimper le 2 novembre". Ce jour-là, les bonnets rouges avaient mobilisé entre 15 000 et 30 000 personnes. 

Selon leur porte-parole Christian Troadec, par ailleurs maire de Carhaix, ils étaient "plus de 40 000" ce samedi après-midi. "C'est une très très grande réussite. En un mois, faire deux rendez-vous de cette taille, c'est inédit en Bretagne", s'est-il réjoui. La préfecture du Finistère a quant à elle dénombré 17 000 personnes. 

"Nous avons des propositions à faire, nous sommes ouverts au dialogue, mais il y a un préalable qui est la gratuité des routes avec la suppression de l'écotaxe", a déclaré en début d'après-midi Thierry Merret, l'un des leaders du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne". Pour l'heure, l'écotaxe a seulement été reportée sine die par le gouvernement.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !