Bombardements sur Kiev et d'autres villes<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Char russe
Char russe
©Konstantin Mihalchevskiy / AFP

Guerre

La capitale de l'Ukraine n'avait pas subi de frappes depuis la fin du mois de juin

Au moins cinq explosions ont retenti dans la capitale de l'Ukraine, et des panaches de fumée noire s'élevaient sur Kiev lundi matin. «L'Ukraine est sous attaque de missiles, nous avons des informations concernant de nombreuses villes de notre pays frappées», a annoncé sur Telegram un responsable de la présidence, Kyrylo Timochenko cité par le Figaro.

La présidence ukrainienne, appelle la population à «rester dans les abris». Les médias locaux citent les villes de Lviv et Ternopyl dans l’ouest du pays, ainsi que Dnipro, dans le centre du pays qui auraient été frappées.

Il pourrait s'agir de représailles liées à l'explosion survenue sur le pont reliant la Crimée à la Russie. 

Vladimir Poutine a accusé dimanche les services secrets ukrainiens d’avoir commis un « acte terroriste » en organisant l’explosion qui a partiellement détruit le pont de Crimée samedi. C’était sa première réaction depuis samedi. Le président russe a convoqué lundi son conseil de sécurité, qui rassemble les principaux ministres, responsables politiques et représentants des services de sécurité et de l’armée russes.

Quelques heures après l’explosion, le trafic automobile et ferroviaire y avait repris partiellement. Les poids lourds ont cependant été renvoyés vers des ferrys dans un premier temps. L’armée russe, en difficulté sur le front sud de l’Ukraine, a affirmé samedi que l’approvisionnement de ses troupes n’était pas menacé précise Le Monde.

Kiev n’a ni confirmé ni démenti son implication dans cette explosion. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !