Boko Haram : les lycéennes enlevées au Nigeria auraient été localisées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Boko Haram : les lycéennes enlevées au Nigeria auraient été localisées
©

Bonne nouvelle

Boko Haram : les lycéennes enlevées au Nigeria auraient été localisées

Ce lundi, le chef de l’état-major des forces armées nigérianes, a assuré que les 223 jeunes filles tenues captives par le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram depuis la mi-avril avaient été localisées. En refusant d'en dire plus, il a qualifié l’opération "le secret militaire".

"La bonne nouvelle pour les filles, c’est que nous savons où elles se trouvent, mais nous ne pouvons pas vous le dire". Ce lundi, le chef de l’état-major des forces armées nigérianes, le maréchal Alex Badeh, a assuré que les 223 jeunes filles tenues captives par le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram depuis la mi-avril avaient été localisées. En refusant de dévoiler des détails, Alex Badeh a qualifié l’opération "le secret militaire". "Nous travaillons. Nous allons ramener les (jeunes) filles", a-t-il déclaré. 

S’adressant aux manifestants qui avaient organisé une marche jusqu’au QG de la Défense à Abuja pour maintenir la pression sur le gouvernement, il a ajouté que les militaires avaient été confrontés au dilemme d’envoyer des troupes pour libérer les lycéennes mais redoutaient de faire des victimes. "Personne ne doit venir nous dire que l’armée nigériane ne sait pas ce qu’elle fait. Nous savons ce que nous faisons. Nous ne pouvons pas nous lancer comme ça", et prendre le risque "de tuer nos filles alors que nous souhaitons les libérer", a-t-il lancé à la foule. "Nous travaillons. Le président (Goodluck Jonathan) se tient fermement derrière nous. Le président nous a donné le pouvoir de faire le travail", a-t-il encore certifié.

Le Nigeria et ses voisins ont adopté le 17 mai à Paris, avec le soutien des Occidentaux, un plan de "guerre" contre Boko Haram, qualifié de "secte terroriste" et de "menace majeure" pour la région. Par ailleurs, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et Israël ont envoyé des experts pour aider le Nigeria. Environ 80 militaires américains ont été envoyés au Tchad pour mener "des opérations de renseignement, de surveillance et des vols de reconnaissance au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisines", a annoncé la semaine dernière le président Barack Obama. En plus de quoi, des drones, des avions-espions et une trentaine de conseillers civils et militaires sont chargés de soutenir les forces de sécurité nigérianes.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !