BNP Paribas condamnée à 187 500 euros d'amende pour pratique commerciale trompeuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
A l'été 2001, BNP Paribas avait vendu à plusieurs épargnants un produit baptisé "BNP Garantie Jet 3", qui promettait de faire "décoller" leur épargne.
A l'été 2001, BNP Paribas avait vendu à plusieurs épargnants un produit baptisé "BNP Garantie Jet 3", qui promettait de faire "décoller" leur épargne.
©Reuters

Décision de justice

BNP Paribas condamnée à 187 500 euros d'amende pour pratique commerciale trompeuse

La justice a également ordonné à la BNP de "publier le jugement de condamnation dans les journaux Le Parisien et Les Échos".

Bientôt quatre ans après les plaintes déposées par des clients ayant souscrit au produit d'épargne "Jet 3", la banque BNP Paribas a été condamnée ce lundi à une amende de 187 500 euros pour pratique commerciale trompeuse, soit le montant maximal pour cette infraction. 

La justice a également ordonné à la BNP de "publier le jugement de condamnation dans les journaux Le Parisien et Les Échos", et "d'indemniser les consommateurs trompés au titre de leur préjudice moral" et leur rembourser les "frais de gestion", explique le cabinet d'avocats Constantin-Vallet défendant plusieurs parties civiles dans ce procès. 

A l'été 2001, BNP Paribas avait vendu à plusieurs épargnants un produit baptisé "BNP Garantie Jet 3", qui promettait de faire "décoller" leur épargne. Les clients pouvaient attendre un triplement en dix ans. Dans le pire des cas, ils étaient censés récupérer leur mise, peu importe le niveau de la Bourse. Mais en 2011, ces derniers ont réalisé que leur capital n'avait pas tenu ses promesses. Il avait même été amputé de divers frais à hauteur de 10% environ.

 
Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !