Quand Bill Gates se confie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Quand Bill Gates se confie
©

Bas les masques

Quand Bill Gates se confie

À l'occasion du sommet de l'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (GAVI) à Londres, ce lundi, plusieurs pays ainsi que Bill Gates ont promis un don de 1.6 milliards d'euros pour financer un programme de vaccinations à travers le monde. L'occasion d'une interview rare du milliardaire.

Bill Gates, fondateur de Microsoft, est officiellement la deuxième plus grosse fortune au monde. Longtemps en tête du palmarès, le milliardaire américain a cédé la première place à l'homme d'affaires mexicain, Carlos Slim, après s'être allégé de quelque 28 milliards de dollars destinées à des oeuvres de charité.  Une mission qu'il prend particulièrement à coeur, en investissant temps et argent, dans sa fondation, "Bill et Melinda Gates". 

Le fondateur de Microsoft, estime désormais que " cette fondation représente sa principale activité, un travail à plein temps." Elle poursuit par ailleurs "une devise très simple, c'est que toutes les vies se valent" précise Bill Gates.

Ce philanthrope discret, ne se prête que très rarement à l'exercice de l'interview. En se livrant dans les colonnes du quotidien britannique, le Dailymail, il insiste sur l'importance de la lutte contre le paludisme. Il y a plus de gens qui meurent du paludisme que du cancer. Mourir du paludisme à trois ans, ce n'est tout de même pas la même chose que de décéder d'une crise cardiaque ou même d'un cancer à 70 ans. De nombreuses oeuvres de charité visent à financer la recherche contre le cancer. Moi,je souhaite que ma fortune soit aussi utile pour défendre une autre cause. "

Par ailleurs, bien que souvent présenté comme timide, mal-à-aise en société, Bill Gates rappelle la nécessité "d'aller sur le terrain, de rencontrer ces enfants malades, " et peu importe si personne ne le reconnaît.    

Quant à la question de l'héritage, le milliardaire américain s'insurge. " Je trouve ça stupide ! Si on arrive à faire chuter la mortalité infantile de 9 millions à 4 millions [de décès] grâce à nos dons, alors wow ! " Sous entendu, un investissement bien employé.

Cet homme qui pèse aujourd'hui près de 56 milliards de dollars ne souhaite pas laisser toute sa fortune en héritage à ses trois enfants. " Je ne pense pas que cet argent soit bon pour eux. Ils bénéficieront d'une très bonne éducation que je financerai entièrement. Bien évidemment, nous prendrons en charge tout ce qui touche aux questions de santé. Mais ils devront trouver un emploi qui leur plaît et aller travailler. Ce sont des enfants normaux maintenant. Ils effectuent leurs tâches ménagères et obtiennent l'argent de poche."  Il léguera toutefois à ses enfants 10 millions de dollars à chacun, soit une infime partie de sa fortune. 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !