Bientôt à 80 km/h sur les routes nationales ? Manuel Valls y réfléchit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bientôt à 80 km/h sur les routes nationales ? Manuel Valls y réfléchit
©

Jusqu'où ira-t-on ?

Bientôt à 80 km/h sur les routes nationales ? Manuel Valls y réfléchit

Invité sur RMC ce mardi, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'il "attendait les propositions" du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) sur ce sujet.

403 vies ont été épargnées en 2013 et Manuel Valls n'entend pas s'arrêter là en matière de sécurité routière. Porté par les "bons chiffres" de l'année dernière et le recul historique de 11% de tués, le ministre de l'Intérieur réfléchit pour aller encore plus loin. Ainsi, ce mardi matin sur RMC, il a évoqué la possibilité de passer la vitesse de 90km/h à 80km/h sur les routes nationales. 

"Le conseil national de la sécurité routière étudie les diverses possibilités et me rendra ensuite un rapport. Il faudra expérimenter des mesures dans quelques départements et notamment peut-être le passage à 80km/h sur les nationales. Mais il faut agir avec méthode, c'est mon choix. Beaucoup de nos concitoyens, ont le sentiment qu’on les punit en permanence, je veux donc les convaincre que ce type de mesure peut être utile" a-t-il expliqué à Jean-Jacques Bourdin.

Le comité d'experts du CNSR a préconisé la limitation de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes à deux voies nationales, départementales et communales. Manuel Valls va donc "réfléchir avec toutes les organisations concernées, des effets potentiels de l'application de cette mesure". Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur a souligné qu'il faut aussi "poursuivre les campagnes contre l'alcool au volant. Interpeller chacun et principalement les jeunes" ajoutant "je veux passer sous la barre des 2 000 morts avant 2020".

A lire aussi - Sécurité routière : baisse record de 11% de la mortalité en 2013


Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !