Béziers : Robert Ménard impose un couvre-feu pour les moins de 13 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Béziers : Robert Ménard impose un couvre-feu pour les moins de 13 ans
©

Monopoly party

Béziers : Robert Ménard impose un couvre-feu pour les moins de 13 ans

En cas d'infraction, les jeunes "seront reconduits à leur domicile ou au commissariat et seront passibles d'une amende".

L'une des premières mesures de Robert Ménard en tant que maire de Béziers va faire parler d'elle. "Par arrêté municipal du 25 avril 2014, j'ai décidé, comme je l'avais annoncé, de prendre des mesures afin de prévenir les risques que les mineurs de moins de 13 ans peuvent encourir en circulant seuls la nuit", a-t-il fait savoir ce mardi dans un communiqué. C'est ni plus ni moins un couvre-feu qui vient d'être instauré par le nouveau maire de Béziers (Hérault), soutenu par le Front national lors de l'élection municipale de mars dernier.

Les mineurs de moins de 13 ans ne pourront donc, "sans être accompagnés d'une personne majeure, circuler de 23 heures à 6 heures dans un certain nombre de secteurs, délimités par l'arrêté" qui s'appliquera "du 15 juin au 15 septembre, durant les week-ends et les périodes de vacances scolaires", précise-t-il. En cas d'infraction, "ils seront reconduits à leur domicile ou au commissariat et seront passibles d'une amende".

Robert Ménard part d'un constat, celui "qu'un nombre croissant de jeunes mineurs se trouvaient livrés à eux-même en pleine nuit", se retrouvant "ainsi exposés à des atteintes à leur intégrité physique et morale, notamment en cas de rassemblements nocturnes, de rixes ou de disputes, de trafics divers". Fin mars, le fondateur de Reporters Sans Frontières (RSF) a remporté les municipales à la faveur d'une triangulaire, succédant ainsi à Raymond Couderc (UMP) dans cette cité de 71 000 habitants, la deuxième de l'Hérault, confrontée à un fort taux de chômage.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !