Bertrand Delanoë déclare ne pas vouloir être ministre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Par ailleurs, Bertrand Delanoë a estimé que François Hollande était arrivé au pouvoir dans une "situation pourrie".
Par ailleurs, Bertrand Delanoë a estimé que François Hollande était arrivé au pouvoir dans une "situation pourrie".
©Reuters

Retraite ?

Bertrand Delanoë déclare ne pas vouloir être ministre

"Je pense qu'au bout de 13 ans d'un travail intense, il faut savoir prendre du recul, prendre de la distance pour réfléchir", a-t-il déclaré sur Canal +.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a déclaré dimanche sur Canal + qu'il "ne souhait(ait) pas" entrer au gouvernement après la fin de son deuxième mandat de maire de Paris en mars 2014. 

"Je pense qu'au bout de treize ans d'un travail intense" comme maire de la capitale, "il faut savoir prendre du recul, prendre de la distance pour réfléchir. Mais je ne crois pas que mon utilité passera par une responsabilité politique", a-t-il indiqué. 

"Si je dois donner quelque chose, j'aimerais que ce soit plutôt d'une autre manière qu'à travers une responsabilité classique. Il y a les associations, des fondations avec lesquelles je suis extrêmement lié, il y a des activités internationales" , a précisé le maire de Paris dans une déclaration que certains interprètent comme une offre de service en bonne et due forme au chef de l'Etat.

Par ailleurs, Bertrand Delanoë a estimé que François Hollande était arrivé au pouvoir dans une "situation pourrie". "Il y a des difficultés parce que, objectivement, la situation qu'a trouvée François Hollande lorsqu'il a été élu était pourrie", a-t-il déclaré. Selon le maire de la capitale, "il y avait 600 milliards d'euros de dette supplémentaire, un chômage qui explosait, un tissu industriel totalement détruit".


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !