Bernard Tapie : "François Hollande est beaucoup plus pervers que vous ne le pensez"<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bernard Tapie : "François Hollande est beaucoup plus pervers que vous ne le pensez"
©

Attaque

L'homme d'affaire pense que le président de la République est une "personnalité redoutable".

Dans un entretien accordé au Point, Bernard Tapie n'y va pas de main morte avec le président de la République. L'homme d'affaire égratigne François Hollande. "Il fait tout pour que je n'existe plus", estime-t-il, ajoutant : "Il est beaucoup plus pervers que vous ne le pensez. Contrairement à Moscovici, il a compris qu'il n'avait rien à gagner à m'accabler publiquement. Hollande, c'est une personnalité redoutable et importante. Faut pas sous-estimer le mec !"

L'ancien ministre se console en se rappelant qu'il était "la maîtresse préférée de Mitterrand". Il raconte : "Souvent, à la fin du conseil des ministres, il m'appelait : "Monsieur le ministre de la Ville", et on cassait la croûte tous les deux. Cela avait le don d'exaspérer mes collègues". Un François Mitterrand qui a lancé Bernard Tapie dans la politique. Sa démission forcée a stoppé net sa carrière. "Même après, ils ne m'ont pas lâché. J'ai compris ça en voyant la une de France Soir, "Tapie : la chute" (le 25 mai 1992, ndlr). Là, je me suis dit : "Ils veulent que je meure, ils veulent que je mette fin à mes jours." D'un seul coup, je suis rentré dans une déprime monstrueuse, je suis allé chercher mon revolver dans le tiroir de la commode, je voulais que ma famille arrête de souffrir. Le pétard n'était plus là. Ma femme l'avait planqué."

L'intégralité de l'interview de Bernard Tapie est à lire dans le prochain numéro du Point, à paraître jeudi 26 septembre.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !