Bernadette Chirac : "Mais qu'est-ce qu'il me veut, Juppé ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bernadette Chirac : "Mais qu'est-ce qu'il me veut, Juppé ?"
Bernadette Chirac : "Mais qu'est-ce qu'il me veut, Juppé ?"
©Reuters

On refait le match

Bernadette Chirac : "Mais qu'est-ce qu'il me veut, Juppé ?"

Nouvelle pique de la part de l'épouse de Jacques Chirac à l'encontre d'Alain Juppé, alors qu'elle soutient Nicolas Sarkozy pour prendre les rênes de la droite en 2017.

La petite histoire est anecdotique mais révélatrice. Bernadette Chirac, invitée ce matin d'Europe 1 pour la soirée "Plus de vie" diffusée ce vendredi sur France 3 avec Michel Drucker, a une nouvelle fois montré son hostilité vis-à-vis d'Alain Juppé, alors qu'elle soutient Nicolas Sarkozy dans l'optique de 2017. A la fin de cet entretien, elle a en effet raconté une anecdote sur la cérémonie d'inhumation d'une de ses meilleures amies.

"Récemment, à l'enterrement d'une de mes meilleures amies dans les vignobles, on m'avait demandé de me mettre au premier rang avec les Rothschild, donc j'ai obéi et j'en étais honorée. Et je voyais un monsieur sur la droite, de l'autre côté du cercueil qui n'arrêtait pas de me regarder : j'ai fini par comprendre que c'était Juppé. Mais qu'est-ce qu'il me veut Juppé ? Je n'ai rien à donner à Juppé".

Depuis plusieurs semaines, Bernadette Chirac enchaîne les sorties à l'égard de l'ancien maire de Bordeaux, principal concurrent de Nicolas Sarkozy pour prendre la tête de la droite dans l'optique de l'élection présidentielle de 2017. Elle a notamment moqué sa froideur : "Il n'attire pas les gens, les amis, les électeurs éventuels. Il est très très froid".

La bataille à droite est également l'occasion d'une bataille rangée au sein même de la famille Chirac : Bernadette est en effet la seule à soutenir Nicolas Sarkozy, tandis que Jacques et leur fille Claude soutiennent Alain Juppé – cette dernière l'a d'ailleurs rappelé dans un entretien au "Nouvel Obs".

Vu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !