Benoît Hamon dénonce un "dérèglement de la vie politique" avec une gauche "qui singe parfois la droite" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Benoît Hamon prépare le congrès
Benoît Hamon prépare le congrès
©Reuters

Motion contraire

Benoît Hamon dénonce un "dérèglement de la vie politique" avec une gauche "qui singe parfois la droite"

L'aile gauche du parti socialiste, menée par l'ancien ministre, et les frondeurs se sont entendus pour une motion commune au prochain congrès du PS qui aura lieu en juin.

La défaite aux départementales du parti l'a renforcé. Benoît Hamon se prépare désormais au congrès du parti socialiste, où seront présentées les motions des différents courants. Lui, a réussi à s'entendre avec les frondeurs sur un texte commun. "C'est au moins un démenti à tous ceux qui expliquaient savamment que les différentes personnalités qui réclament une politique de gauche ne parviendraient pas à se rassembler" se réjouit-il dans une interview au Parisien.

En point de mire, la politique économique du gouvernement qu'il faut, selon lui, infléchir. Surtout, la "droitisation" du parti socialiste. "On ne peut pas se plaindre que la société se droitise et emprunter les mots de la droite" souligne-t-il. "Il y a, à l'heure actuelle, un dérèglement de la vie politique. Une gauche qui singe parfois la droite, une droite qui se sent bien à l’extrême droite et une extrême droite qui feint de défendre les 35 heures et la retraite à 60 ans. Nous souhaitons que chaque chose revienne à sa place," tranche l'ancien ministre de l'Education.

En revanche, ce n'est pas lui qui portera la motion mais le député Christian Paul, un proche de Martine Aubry. "Il a une position centrale qui en fait un excellent premier signataire" argumente Benoît Hamon. En tout cas, il faudra un homme fort car les débats s'annoncent houleux entre les partisans de l'aile gauche et ceux de la politique gouvernementale qui proposeront un texte très différent. "On doit débattre de cela et de ce qu’il est nécessaire de changer dans cette politique pour interrompre le cycle dangereux des défaites électorales" conclut Benoît Hamon.

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !