Benoît Hamon appelle toute la gauche à "mettre les mains dans le cambouis" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Benoît Hamon appelle toute la gauche à "mettre les mains dans le cambouis"
©

Tous ensemble

Benoît Hamon appelle toute la gauche à "mettre les mains dans le cambouis"

Dans une interview donnée au Parisien, le ministre délégué à l’Economie sociale cherche à rassembler l’ensemble de la gauche.

« Tout la gauche doit mettre les mains dans le cambouis », c’est la réponse de Benoît Hamon aux divisions qui touchent la gauche. Depuis quelques jours, les critiques face à l’action du président François Hollande se font en effet ressentir un peu partout dans le corps politique, et pas seulement à droite. L’ancien candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon a notamment qualifié les 100 premiers jours de présidence de François Hollande dans les colonnes du Journal du Dimanche de « presque rien », ajoutant que le président « a désamorcé le contenu insurrectionnel du vote de la présidentielles, […], dilué dans les sables des plages du Var ».

Le ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et à la consommation explique donc dans l’entretien donné au Parisien que « parier aujourd’hui sur l’échec de François Hollande, c’est se tirer une balle dans le pied », ajoutant qu’il est « favorable à ce que le débat vive à gauche mais la situation est trop grave pour que l’on se divise artificiellement ». C’est pourquoi il appelle à « poursuivre et consolider la rupture avec les politiques libérales et d’austérité menées par [leurs] prédécesseurs et ailleurs en Europe ».

Benoît Hamon évoque également dans cette interview les 150.000 emplois d’avenir annoncés par le gouvernement, la mise en place des actions de groupe pour les consommateurs, l’importance de la gratuité des hotlines er de discussions sur « les cartes de fidélité de certaines enseignes qui, en étant assimilées à des cartes de crédit, peuvent faire basculer trop facilement le consommateur vers du crédit renouvelable », mais aussi les questions de reprise d’une entreprise par ses salariés rappelant que le gouvernement veut « créer un droit de rachat prioritaire pour les salariés, à égalité d’offre avec d’autres repreneurs ».

En somme, un programme bien chargé pour le gouvernement.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !