Benoît Hamon : "cette campagne a été beaucoup polluée par l'argent" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Benoît Hamon : "cette campagne a été beaucoup polluée par l'argent"
©

Avis

Benoît Hamon : "cette campagne a été beaucoup polluée par l'argent"

Le candidat socialiste était invité sur RTL pour s'expliquer sur son programme.

Son revenu universel : "19 millions de personnes vont être concernées par la première étape" assure-t-il, précisant que son revenu universel ne sera pas financé par l'impôt sur le revenu.

La règle des 3%  : "Cette règle est une convention comptable qui peut être interprétée avec souplesse quand on essaye de relancer le pays. Je les respecterai au terme de mon quinquennat."

La défection de certains socialistes : "Le respect de la parole donné compte. Lutter contre le Front national suppose de respecter profondément cela".

Laïcité : "Celle qui veut se promener en short ou en minijupe dans un quartier où un religieux lui dit 'habille toi', la loi de 1905 la protège. Elle n'a pas à se voir imposer un foulard. Il faut lutter contre toutes formes d'asservissement de la femme. Cette loi protège la liberté de conscience et la liberté religieuse. Je propose de créer un numéro vert, 7 jours sur 7 24 heures sur 24, pour toutes formes d'atteintes à la liberté religieuse". Mais "je ne serai pas de ceux qui veulent interdire le foulard dans l'espace public".

Le salaire du président de la République : "Je pense que cette campagne a été beaucoup polluée par l'argent et surtout les forces de l'argent dans le programme des autres candidats. J'ai été transparent depuis le début sur mon patrimoine, sur mes donateurs. S'il faut baisser le salaire du président de la République, je n'ai pas de problème."

La légalisation du cannabis : "C'est une décision difficile. Consommer du cannabis régulièrement, n'est pas bon. L'hypocrisie serait de dépénaliser le cannabis, c'est-à-dire fumer tranquillement mais les trafics sont interdits." En légalisant, "il y aura des lieux dans lesquels on pourra acheter du cannabis et contrôler la qualité de ce qui sera distribué. Ils seront interdits aux mineurs."

Un accord avec Mélenchon : "J'ai fait la proposition à Jean-Luc Mélenchon (...) Ça n'a pas été possible mais il faut que la démocratie aille à son terme. Ça ne sert à rien de prolonger éternellement des discussions. Il n'est pas question que je remette en question ma candidature".

Des soins de proximité : "Je souhaite qu'il y a ait des garanties de services publics (...) Cela s'inscrit dans une politique d'aménagement du territoire (...) Je veux qu'adossés aux services des urgences, on puisse avoir des lieux où les médecins exercent",

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !