Ben Laden : de nouvelles révélations sur l'identité du soldat qui a tué l'ancien chef d'Al-Qaïda | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ben Laden : de nouvelles révélations sur l'identité du soldat qui a tué l'ancien chef d'Al-Qaïda
©

Mystère et boule de gomme

Ben Laden : de nouvelles révélations sur l'identité du soldat qui a tué l'ancien chef d'Al-Qaïda

Une nouvelle version de la mort d'Oussama Ben Laden et des doutes sur l'identité du Navy Seal qui l'a abattu ont été dévoilés par CNN.

Qui a tué Oussama Ben Laden ? Deux ans après les faits, le récit de la mort de l'ancien chef d'Al-Qaïda est une nouvelle fois sujet à controverse. Une nouvelle version des conditions de sa mort et des doutes sur l'identité du Navy Seal qui l'a abattu ont été dévoilés par CNN, qui remet en cause de précédents témoignages, dont celui d'un homme présenté comme "le tireur" par le magazine Esquire.

En février, Esquire publiait un long entretien avec un homme présenté sous couvert de l'anonymat comme le Navy Seal ayant abattu l'ancien chef d'Al-Qaïda au Pakistan dans la nuit du 1er au 2 mai 2011. Le militaire avait raconté avoir pénétré seul dans sa chambre et l'avoir abattu de trois balles dans la tête. Or, ce récit est du "grand n'importe quoi", selon Peter Bergen, consultant de CNN et spécialiste d'Al-Qaïda, qui rapportent les propos d'un des membres de la fameuse "Team 6" des Navy Seals, encore une fois sous le couvert de l'anonymat.

Selon Peter Bergen, trois membres des Seals seraient arrivés au troisième étage, dont "le tireur" d'Esquire et un autre Seal : Matt Bissonette. Ben Laden aurait alors sa tête dans l'encadrement de la porte et le premier Seal - ni "le tireur", ni Bissonette - lui aurait alors logé une balle dans la tête, selon Peter Bergen qui affirme que le récit du "tireur" dans Esquire aurait irrité au plus haut point les membres de cette unité d'élite, qui ont pour instruction de ne "parler à personne".

Lu sur CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !