Bataille de Mossoul : l'avancée irakienne "plus rapide que prévu" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bataille de Mossoul : l'avancée irakienne "plus rapide que prévu"
©Reuters

Irak

Bataille de Mossoul : l'avancée irakienne "plus rapide que prévu"

L'armée irakienne avance bien, mais doit le faire prudemment, à cause de la présence de mines et de snipers, et afin de protéger les civils.

L'armée irakienne avance "plus rapidement que prévu" dans sa tentative de reprise de Mossoul, a déclaré le général Othman Al-Ghanimi, chef d'état-major. L'État islamique a détruit ses bâtiments administratifs dans la ville, y compris les bureaux contenant les passeports et les archives fiscales. Pour l'instant, plus de 18 villages et petites villes aux alentours de Mossoul ont été libérées, selon les forces Peshmerga (kurdes irakiens). 

Les combattants de l'État islamique ont battu en retraite sans combat dans les villages du sud de Mossoul. L'État islamique aurait éxécuté 25 de ses combattants pour tentative de désertion. Dans les 48 dernières heures, il y aurait eu au moins six embuscades contre des combattants de l'EI. Plus de 24 combattants de l'EI seraient morts à l'est de de la ville, selon Emanuel Khoshaba, secrétaire général du Parti patriotique assyrien. 

Certains membres de l'EI s'habillent en forces irakiennes, vont dans les endroits de Mossoul pas encore libérés, et repèrent les habitants qui soutiennent les forces irakiennes. Le groupe aurait ainsi exécuté environ 40 hommes et garçons, selon Maalomah TV. 

Malgré ces premiers succès, l'armée irakienne avance lentement et prudemment, notamment pour minimiser les victimes civiles et surtout désamorcer les dizaines de mines posées autour de la ville. 

Lu sur le Washington Free Beacon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !