Une base américaine piratée par un virus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Une base américaine 
piratée par un virus
©

Houston, on a un problème

Une base américaine piratée par un virus

Un virus a infecté les ordinateurs qui contrôlent les drones de l'US Air Force. Mais l'incident n'a jamais été signalé.

Pendant plusieurs semaines, la base de Creech, dans le Nevada, a marché sur des œufs. Petit souci technique : un virus a infecté les ordinateurs contrôlant les drones de l'armée américaine qui survolent l'Afghanistan, le Pakistan ou le Yémen...

Pour l'instant, le virus n'a pas troublé le déroulement des missions, ni permis la divulgation de données sensibles. Mais les responsables de la base ont tout de même dû redouter de se faire taper sur les doigts.

Résultat, les premiers à avoir divulgué l'information sont les journalistes du site Wired. Et c'est ainsi que l'US Air Force a été mise au courant. Une enquête complète sur les conséquences de cette infection vient donc de débuter.

"Non seulement les responsables ont laissé de côté une infection dans le système de surveillance. Mais la surprise qui entoure de cette infection met en avant un défaut dans la manière dont l'armée américaine protège ses information", écrit le journaliste.

L'article met en cause les unités qui gèrent les réseaux d'information au sein de l'armée. Un système étonnamment mal organisé. "Il n'y a pas de management central du réseau, les équipements se sont pas standardisés, et en haut de l'échelle de commandement, les dirigeants n'ont pas un tableau complet de la situation", raconte l'un des responsables.

L'aviation américaine espère un jour centraliser toutes ces unités dans un seul réseau. Mais pour l'instant, chaque base a sa propre équipe "de geeks", qui ne demandent de l'aide que quand la situation leur échappe complètement.

Lu sur Wired

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !