Baltimore : nouvelles émeutes malgré l'instauration d'un couvre-feu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Violentes émeutes à Baltimore malgré l'instauration d'un couvre-feu.
Violentes émeutes à Baltimore malgré l'instauration d'un couvre-feu.
©Reuters

Violences

Baltimore : nouvelles émeutes malgré l'instauration d'un couvre-feu

Peu après l’instauration d’un couvre-feu mardi 28 avril, les forces de l’ordre ont tiré du gaz au poivre pour disperser plusieurs dizaines de manifestants, pour la plupart des jeunes hommes noirs, qui avaient bravé l’interdiction.

Les émeutes s’aggravent encore un peu plus à Baltimore (Etats-Unis) suite aux funérailles de Freddie Gray, un jeune noire mort d'un écrasement des vertèbres cervicales lors de son arrestation par la police. Mardi 28 avril vers 22H00, peu après l’instauration d’un couvre-feu, les forces de l’ordre ont tiré du gaz au poivre pour disperser plusieurs dizaines de manifestants, pour la plupart des jeunes hommes noirs, qui avaient bravé l’interdiction.

Selon la police, qui assure avoir du faire face à un groupe "agressif et turbulent", un incendie a également été allumé par des "criminels" devant une bibliothèque. Divers chaînes de télévisions ont aussi fait état de tir de fumigènes et de balles en plastique.

"Cette nuit nous aurons 2 000 gardes nationaux et plus d’un millier de policiers en service" à Baltimore pour y "restaurer l’ordre", avait pourtant prévenu le gouverneur du Maryland Larry Hogan, mardi lors d’une conférence de presse. Les forces de l’ordre avaient alors prévenu qu’elles arrêteraient toute personne dehors dans la ville après le couvre-feu, sauf pour des raisons professionnelles ou médicales.

Les violences ont commencé lundi après l’inhumation d’un jeune homme noir, Freddie Cray, 25 ans, mort quelques jours plus tôt dans des circonstances encore floues alors qu’il était détenu par la police. Si une enquête a été ouverte, pour de nombreux habitants de Baltimore, il ne s’agit que d’un énième exemple des brutalités policières auxquelles les Noirs doivent fréquemment faire face. 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !