Bactérie E.Coli : 7 enfants hospitalisés en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Bactérie E.Coli : 7 enfants hospitalisés en France
©

Nouvelle alerte

Bactérie E.Coli : 7 enfants hospitalisés en France

Tous les steaks hachés surgelés ont été retirés des magasins Lidl.

[Mis à jour à 17h59]

Lidl a retiré de la vente tous ses steaks hachés surgelés. La septième victime n'a pas consommé de la viande achetée chez Lidl, mais 20 Minutes révèle que cet enfant aurait mangé de la viande hachée provenant d'un magasin Auchan. 

La viande mise en cause est originaire de l'Union Européenne. Rien ne prouve encore qu'elle provient d'Allemagne.

[Mis à jour à 16h01]

Le nombre d'enfants hospitalisés est passé à sept. Les steaks hachés de la marque Steak Country semblent toujours en cause.

[Mis à jour à 13h]

Selon le fabricant de la viande incriminé, SEB, la viande proviendrait d'Allemagne, mais aussi de Belgique et des Pays-Bas. Elle aurait simplement été transformée sur le territoire français.

[Le 16 juin]

Ce sont des steaks hachés surgelés vendus dans les magasin Lidl qui seraient à l'origine de l'infection alimentaire.

Cinq enfants ont été hospitalisés ce mercredi 15 juin au CHU de Lille. Leur état est jugé "préoccupant" mais leur pronostic vital n'est pas engagé. Au moins quatre d'entre eux auraient consommé la même viande, et présentent des "diarrhées sanglantes importantes" indique l'Agence Régionale de Santé.

Ces symptômes seraient liés à un "type rare" de bactérie E.Coli, sans lien apparent avec l'épidémie qui touche le Nord de l'Allemagne. Des examens sont toutefois en cours pour affiner ce premier constat. Il a d'ores et déjà été demandé au fabricant des "Steaks Country" de rappeler tous les lots concernés.

Lu sur Nord Eclair

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !