Baccalauréat : le plan de la SNCF pour acheminer les candidats malgré les grèves | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Baccalauréat : le plan de la SNCF pour acheminer les candidats malgré les grèves
©JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Chouchoutés

Baccalauréat : le plan de la SNCF pour acheminer les candidats malgré les grèves

La SNCF va garantir les trains stratégiques le matin et à aiguiller les élèves vers les centres d'examens.

On y est ! Le baccalauréat 2018 débute ce lundi 18 juin, avec les épreuves de français pour les élèves de première en séries générales et technologies, et la traditionnelle et redoutée épreuve de philosophie pour les terminales des séries générales.

En plus du stress des exams, les candidats ont un autre souci à gérer : lundi sera un jour de grève à la SNCF, l'intersyndicale n'ayant pas réussi à se mettre d'accord sur une pause du mouvement pendant le bac, puis pendant le brevet des collèges en fin de mois.

Mais pas de panique : la SNCF promet que les candidats seront peu affectés. Elle a réactivé un dispositif, datant de 2014, pour garanti qu'un certain nombre de trains, identifiés avec l'aide de l'Education nationale, rouleront lundi. Il s'agit des trains particulièrement susceptibles d'être empruntés par les candidats pour se rendre dans les centres d'examens, pour la plupart des RER et TER.

En plus d'être garantis, ils seront particulièrement suivis dans leur préparation et leur circulation, assure la direction. 3.000 agents seront mis à contribution pour aiguiller les candidats dans 200 gares, et des comptoirs dédiés aux examens seront installés dans les plus grandes gares du pays et celles situées près des centres d'examen.

En outre, des cars de substitution seront affrétés si nécessaire et les rectorats et centres d'examens seront prévenus en cas de problème sur une ligne, "pour qu'on puisse d'une certaine manière faire un mot d'excuse et dire 'tel candidat a été bien bloqué, merci de votre indulgence'", explique la SNCF.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !