Azerbaïdjan : derrière l’Eurovision, la question des droits de l’Homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Azerbaïdjan : derrière l’Eurovision, la question des droits de l’Homme
©

Pas que des chansons

Azerbaïdjan : derrière l’Eurovision, la question des droits de l’Homme

Le pays accueille la finale de la compétition. Dans le même temps des dizaines d’opposants au régime ont été interpellés.

La finale de l’Eurovision aura lieu ce samedi soir à Bakou en Azerbaïdjan. Plus de 100 millions de personnes devraient être devant leur téléviseur pour suivre les prestations des chanteurs européens. Un événement pour lequel l’Azerbaïdjan a investi 106 millions d’euros.

Parallèlement, les militants des droits de l’Homme devraient en profiter pour faire entendre leur voix. L’opposition accuse la dynastie des Aliev, au pouvoir depuis la chute de l’URSS en 1991, de réprimer la liberté d’expression et d’emprisonner des opposants politiques.

"C'est la première fois en Europe que les gens utilisent l'Eurovision pour essayer de résoudre les problèmes liés aux droits de l'Homme", a déclaré le militant pour les droits de l'Homme Rasul Jafarov. Les militants du mouvement "Sing for Democracy" envisagent déjà de marcher dans les rues de Bakou pendant la compétition.

Selon Amnesty International, 17 personnes seraient actuellement emprisonnées dans le pays pour des motifs politiques. Et les ONG de craindre "des arrestations en masse" après l’événement de ce soir pour punir les militants des droits de l’Homme accusés "d’avoir essayé de gâcher" la fête.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !