Ayoub El Khazzani : Les confessions de l'auteur de l'attentat du Thalys devant le juge d'instruction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ayoub El Khazzani  : Les confessions de l'auteur de l'attentat du Thalys devant le juge d'instruction
©Thomas SAMSON / AFP

Attentat déjoué

Ayoub El Khazzani : Les confessions de l'auteur de l'attentat du Thalys devant le juge d'instruction

La rédaction de France Inter a dévoilé des informations sur l'interrogatoire d'Ayoub El Khazzani, l'auteur de l'attaque terroriste dans le train Thalys, perpétrée le 21 août 2015.

Des extraits de l'interrogatoire, mené en novembre 2017, de l'auteur de l'attentat du Thalys, Ayoub El Khazzani ont été dévoilés, ce mercredi 9 mai, par la rédaction de France Inter. Le principal suspect dans cette affaire a été entendu par un juge d'instruction.
L'auteur de cette tentative d'attentat a donné plus d'éléments sur son passage à l'acte. Il a précisé sa version des faits face au juge d'instruction en novembre dernier. 
"Personnellement, je n'ai pas pu tuer. J'avais deux armes avec moi. Intérieurement, j'étais détruit psychiquement, mais à la dernière minute, je n'ai pas pu."
Ayoub El Khazzani a expliqué qu'il avait notamment refusé de porter une ceinture explosive étant "contre le fait de massacrer des gens".
Après être resté silencieux pendant de long mois, Ayoub El Khazzani  avait reconnu pour la première fois devant le juge d'instruction son implication dans un projet terroriste, en décembre 2016 (dans le cadre d'une précédente audition). 
Il avait alors détaillé son voyage en Syrie, son retour en Belgique avec Abdelhamid Abaaoud (le "cerveau" des attentats de Paris) et le fait qu'il avait pour mission de cibler "des Américains" dans ce Thalys.
Lors de sa nouvelle audition de la juge en novembre 2017, Ayoub El Khazzani a expliqué une nouvelle fois que c'est Abdelhamid Abaaoud, avec qui il résidait dans  une même "planque" à Bruxelles, qui lui avait transmis les ordres du groupe État islamique. 
Les consignes étaient d'"acheter un billet pour le train de 17 heures, monter dans la rame 12 [et] attaquer des Américains. Je me suis dirigé vers les Américains. À un moment, un Américain, un grand, m'a fixé, il était loin de moi. Je l'ai vu de face et je n'ai pas pu le tuer."
Ayoub El Khazzani a néanmoins affirmé sa détermination et des remords inquiétants face au juge. 
"Après avoir vu tout ce qui se passe en Syrie, j'ai regretté de ne pas avoir tué".
Ayoub El-Khazzani était monté à bord du train Thalys depuis la gare bruxelloise du Midi, le vendredi 21 août 2015. Il était armé d'une Kalachnikov, d'un cutter, d'une arme de poing et de munitions. Il avait blessé deux passagers avant d'être maîtrisé par des militaires américains en vacances. Ces jeunes avaient évité un potentiel carnage dans le train. L'acteur français Jean-Hugues Anglade, présent dans le Thalys lors de l'attaque, avait décrit la situation effroyable de l'attaque, la sensation d'abandon et la panique qui régnaient à bord du train. Le dossier de l'attaque du Thalys est en cours d'instruction depuis presque trois ans.
Le cinéaste Clint Eastwood a retracé le parcours des trois jeunes américains (Spencer Stone, Anthony Sadler et Alek Skarlatos), qui sont intervenus afin de maîtriser l'assaillant dans le train Thalys, dans le cadre du biopic Le 15h17 pour Paris, sorti en février dernier en France.
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !