Autoroutes : le gouvernement veut geler les tarifs des péages jusqu'à fin 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les sociétés d'autoroutes avaient déjà contesté devant le Conseil d'Etat le gel des tarifs pour le mois de février.
Les sociétés d'autoroutes avaient déjà contesté devant le Conseil d'Etat le gel des tarifs pour le mois de février.
©Capture

Prolongation

Autoroutes : le gouvernement veut geler les tarifs des péages jusqu'à fin 2015

"Notre souhait, c'est que ça n'augmente pas cette année mais nous discutons" a affirmé ce mercredi le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

Le gouvernement avait annoncé début 2015 sa décision de geler la hausse des tarifs des péages sur les autoroutes pour le mois de février (celle-ci devait atteindre 0,57%). Les sociétés d'autoroutes avaient contesté cette décision devant le Conseil d'Etat. Ce mercredi, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé que le gouvernement a désormais pour objectif de prolonger le gel des tarifs jusqu'à fin 2015.

"Dans cette loi, nous avons le dispositif pour réguler les sociétés d'autoroutes. Les négociations prendront fin dans les prochaines semaines. Nous discutons. Il est important que nous pilotions leur profitabilité. Notre souhait, c'est que ça n'augmente pas cette année (...) mais nous discutons" a déclaré Emmanuel Macron au micro de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi. 

"Les Français n'acceptent pas que les sociétés, qui gèrent les autoroutes, puissent faire des profits très importants. Et parfois, ils ont l'impression que ces profits se font sur leur dos. Il faut remettre tout cela en transparence. Et ça, c'est dans cette loi. Ce qui est important, c'est qu'il y ait des travaux qui soient faits, et que les prix soient régulés" a poursuivi le ministre sur BFMTV.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !