Australie : une série d'attentats, prévue à Noël, a été déjouée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Melbourne
Melbourne
©Reuters

De justesse

Australie : une série d'attentats, prévue à Noël, a été déjouée

Sept personnes ont été arrêtées. Elles voulaient s'attaquer à plusieurs points fréquentés de Melbourne.

Le jour de Noël s'annonce particulièrement tendu dans le monde. Alors que Berlin vient de subir une violente attaque, l'Australie a annoncé avoir déjoué une série d'attentats, projetée pour la journée de Noël, à Melbourne, capitale de l'Etat du Victoria et deuxième plus grande ville du pays. Selon la police, les trois sites visés étaient la gare de Flinders Street, la place de la Fédération et la cathédrale Saint-Paul. Sept personnes ont été arrêtées.

"Nous pensons qu’il y avait l’intention de mener ce que nous appelons une attaque à modes multiples. L’attaque devait comprendre une explosion, l’utilisation d’explosifs, et nous avons des preuves" a précisé Graham Ashton, le chef de la police de l’Etat de Victoria. La plupart des suspects sont nés en Australie. "Nous considérons qu’ils se sont certainement autoradicalisés, inspirés par l’organisation Etat islamique (...) et par la propagande du groupe djihadiste" a-t-il poursuivi.

L'Australie est particulièrement visée par les attentats. En décembre 2014, une prise d'otages à Sydney avait notamment choqué le pays. "Ces criminels cherchent à tuer. Mais ils veulent aussi nous effrayer, nous pousser à abandonner notre façon de vivre" a souligné le Premier ministre australien Malcolm Turnbull. "Ils veulent faire peur aux Australiens. Ils veulent diviser les Australiens. Ils veulent nous dresser les uns contre les autres. Nous ne les laisserons pas faire."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !