Aurélien Pradié, secrétaire général des Républicains, appelle à rompre avec le Sarkozysme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Aurélien Pradié, secrétaire général des Républicains, appelle à rompre avec le Sarkozysme
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Vers une nouvelle page ?

Aurélien Pradié, secrétaire général des Républicains, appelle à rompre avec le Sarkozysme

Estimant que le parti a besoin d’une « révolution », Aurélien Pradié appelle à « couper les cordes » avec l'ancien président de la République

Dans une interview au Point publiée ce samedi, le secrétaire général des Républicains appelle à « rompre avec le sarkozysme » et à rebâtir une « droite populaire »

« Ce que j'ai le plus appris de Nicolas Sarkozy, c'est le sens de la rupture. C'est sa volonté de rompre avec le chiraquisme qui lui a permis de réussir. Je suis certain qu'il ne m'en voudra pas de dire qu'aujourd'hui, il faut rompre avec le sarkozysme », affirme Aurélien Pradié. « Depuis 2012, la droite française a été plombée par le poids de tous ceux qui avaient échoué à différentes échéances électorales. C'est le moment de couper les cordes », ajoute-t-il.

« Quand votre parti réalise un score inférieur à 5% à l'élection présidentielle, on n'en est plus aux simples ajustements, nous en sommes à la révolution » précise-t-il, en faisant référence au score de Valérie Pécresse à l'élection présidentielle. 

Il estime également que « le moment est venu pour notre famille politique de redevenir une droite populaire » car « l'histoire de la droite française, depuis le général de Gaulle, a toujours été de s'intéresser à la question sociale avant la préoccupation identitaire », ce qu’il qualifie « d’erreur ». « Choisir un chef viendra en temps et en heure » ajoute Aurélien Pradié, ajoutant qu’il fallait « en finir avec le système des primaires ».

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !