Hausse du Smic : "fausse bonne décision" selon Valérie Pecresse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Hausse du Smic : "fausse bonne décision" selon 
Valérie Pecresse
©

Coup de pouce ?

Hausse du Smic : "fausse bonne décision" selon Valérie Pecresse

L'ancienne ministre du Budget estime que cette augmentation va détruire de l'emploi.

 
Valérie Pécresse, ancienne ministre du budget, a commenté aujourd'hui le projet gouvernemental d'augmentation du Smic "une fausse bonne décision", mauvaise économiquement et potentiellement destructrice d'emplois.
 
Sur Europe 1, elle a pointé du doigt "une fausse bonne décision du gouvernement Hollande". "C'est une mauvaise décision au plan économique et c'est faussement généreux parce que, au lieu d'augmenter le Smic comme nous l'avions proposé, c'est-à-dire en baissant les cotisations salariales, on va augmenter le Smic pour les entreprises et ça veut dire en réalité qu'il va détruire de l'emploi", a-t-elle assuré.
 
"Nous avions proposé une revalorisation du Smic qui était beaucoup plus intelligente économiquement, qui consistait à réintégrer les produits de nouvelles taxes dans le Smic et de faire baisser les charges salariales", a-t-elle détaillé. "C'est-à-dire que nous proposions une hausse de 70 euros du Smic nets qui ne coûtait pas un euro aux entreprises". "2% d'augmentation du Smic, cela peut être la marge d'une PME", a-t-elle observé.
 
"Sous le quinquennat Sarkozy, on n'a pas augmenté le Smic au-delà de l'inflation, mais en revanche, il y avait de moins en moins de Français qui étaient au Smic, car les salaires ont continué d'augmenter", a déclaré l'ex-ministre. Pour elle, ce salaire minimum, c'est "la barrière à l'entrée des jeunes sur le marché du travail".


Pécresse : "la méthode de Hollande est singulière" par Europe1fr

Lu sur Europe1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !