Au second tour, Hollande exhorte ses ministres à appeler à voter "pour le candidat qui sera face à Marine Le Pen, quel qu’il soit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Au second tour, Hollande exhorte ses ministres à appeler à voter "pour le candidat qui sera face à Marine Le Pen, quel qu’il soit"
©REUTERS/Alain Jocard/Pool

Conseils

Au second tour, Hollande exhorte ses ministres à appeler à voter "pour le candidat qui sera face à Marine Le Pen, quel qu’il soit"

Lors du dernier Conseil des ministres avant le premier tour, François Hollande a prodigué ses conseils au gouvernement.

C'est une page qui se tourne : ce mercredi se tenait le dernier Conseil des ministres avant le premier tour de la présidentielle. Cette fois, François Hollande a gardé les ministres auprès de lui après le Conseil (qui avait été avancé à 9 heures), pour évoquer l’élection présidentielle, indique le journal L'Opinion.

Le président de la République leur a livré une analyse en trois points. Premièrement, "L’incertitude sur le résultat est énorme. Quand 27 % des Français ne savent pas pour qui ils voteront, il peut y avoir une énorme surprise", a souligné le chef de l’Etat.  En conséquence, il a appelé les ministres à ne pas baisser la garde et à "se battre jusqu’à dimanche contre nos adversaires". Leur nom ? Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Face à des ministres soutenant les deux anciens ministres socialistes, il n'a mentionné ni Benoît Hamon, ni Emmanuel Macron, pour ne froisser personne.

Troisième point, et non des moindres : "Dimanche soir, il faudra appeler à voter sans barguigner pour le candidat qui sera face à Marine Le Pen, quel qu’il soit", a insisté le président. Même si le second tour oppose François Fillon à Marine Le Pen, "il ne faudra pas hésiter", a-t-il dit, avant de rappeler qu’il n’avait pas tergiversé en 2002 pour appeler à voter Chirac au second tour, après l’élimination de Lionel Jospin.

Lu dans L'Opinion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !