Attentats de Paris et Bruxelles : deux hommes inculpés en Grande-Bretagne pour avoir aidé financièrement Mohamed Abrini | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentats de Paris et Bruxelles : deux hommes inculpés en Grande-Bretagne pour avoir aidé financièrement Mohamed Abrini
©Reuters

Enquête

Attentats de Paris et Bruxelles : deux hommes inculpés en Grande-Bretagne pour avoir aidé financièrement Mohamed Abrini

Originaires de Birmingham, Mohammed Ali Ahmed et Zakaria Boufassil, tous deux âgés de 26 ans, comparaissaient devant le tribunal de Westminster à Londres.

Deux individus ont été inculpés par un tribunal londonien pour avoir apporté une aide financière à Mohamed Abrini, le Belgo-Marocain suspecté d'avoir été impliqué dans les attentats de Paris et Bruxelles, a déclaré le procureur vendredi 29 avril.

Originaires de Birmingham, Mohammed Ali Ahmed et Zakaria Boufassil, tous deux âgés de 26 ans, comparaissaient devant le tribunal de Westminster à Londres. Ils avaient été interpellés le 15 avril avec trois autres personnes dans le cadre "d'une vaste enquête menée par l'unité de contre-terrorisme de la police des West Midlands", avait alors indiqué la police.

Arrêté le 9 avril, Mohamed Abrini (31 ans) a reconnu être l'homme au chapeau qui accompagnait les deux kamikazes qui se sont fait exploser le 22 mars à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem faisant 32 morts. Il est aussi soupçonné d'être le logisticien des attentats perpétrés à Paris le 13 novembre 2015. Abrini avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam, deux jours avant les attenats de Paris, dans une station-service de l'Oise (nord de Paris). 

>>>> À lire aussi : Attentats de Paris et de Bruxelles : pourquoi éprouve-t-on cette étrange sensation de "s'habituer" à l'horreur ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !