Attentats de Paris : Salah Abdeslam aurait occupé une planque dans la banlieue de Bruxelles pendant une vingtaine de jours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le terroriste est parvenu à quitter Paris grâce à l'aide de deux complices.
Le terroriste est parvenu à quitter Paris grâce à l'aide de deux complices.
©Capture écran/Documents BFMTV

Enquête

Attentats de Paris : Salah Abdeslam aurait occupé une planque dans la banlieue de Bruxelles pendant une vingtaine de jours

Après les attentats du 13 novembre, les enquêteurs avaient concentré leurs efforts sur la ville de Molenbeek, qui se trouve également en périphérie de Bruxelles.

Selon les informations du quotidien belge "La Dernière heure", le terroriste Salah Abdeslam se serait caché à Schaerbeek pendant 20 jours, juste après avoir participé aux attentats du 13 novembre.

L'homme le plus recherché d'Europe se serait ainsi rendu dans la banlieue de Bruxelles dès le 14 novembre, sans être inquiété par les autorités, et y serait resté caché jusqu'au 4 décembre. Pendant plusieurs semaines, les enquêteurs avaient concentré leurs efforts sur la ville de Molenbeek, qui se trouve également en périphérie de Bruxelles.

Le terroriste est parvenu à quitter Paris grâce à l'aide de deux complices, avant de se cacher dans un appartement situé au 3ème étage d'un immeuble du 86 rue Henri Bergé, à Schaerbeek. D'après les révélations de "La Dernière heure", un troisième complice nommé Ali Oulkadi aurait conduit Salah Abdeslam jusqu'à cet appartement.

Selon le site internet du quotidien, "deux perquisitions étaient menées à Schaerbeek. L’une chez un trafiquant d’armes, l’autre chez un Tchétchène soupçonné d’appartenance à un groupe terroriste", ce qui aurait poussé Salah Abdeslam à quitter cette planque. 

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !