Attentats de Paris : quand l'auteur d'un coup de gueule contre les terroristes appelait au meurtre des "beurettes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'homme qui habite dans le Rhône a même reçu à son domicile la visite des caméras du journal télévisé de France 2.
L'homme qui habite dans le Rhône a même reçu à son domicile la visite des caméras du journal télévisé de France 2.
©

Antécédent

Attentats de Paris : quand l'auteur d'un coup de gueule contre les terroristes appelait au meurtre des "beurettes"

L'une de ces jeunes femmes a été visée par plusieurs appels au meurtre publiés par cet homme, et s'est confié au site Metronews.

Peu après les attentats du 13 novembre, l'internaute nommé Bassem B., qui se fait surnommer "Chronic 2 Bass", avait été très remarqué sur la toile pour son cri d'alarme contre les terroristes. En tant que Français musulman, il appelait à "traquer" les terroristes, "ces imposteurs qui se font passer pour des musulmans en tuant des gens", dans une vidéo publiée le 18 novembre. L'homme qui habite dans le Rhône a même reçu à son domicile la visite des caméras du journal télévisé de France 2. 

Mais quelques jours après le vaste engouement suscité par ce message plutôt réconfortant, le site Metronews note ce lundi que "Chronic 2 Bass" avait pour habitude de publier sur la toile des propos injurieux et des appels à la violence à l’égard de plusieurs jeunes femmes. Ces messages ont été rédigés sur une première page Facebook, au nom de "Chronique De Bass", désormais supprimée.

L'une de ces jeunes femmes a été visée par plusieurs appels au meurtre publiés par cet homme, et s'est confié au site Metronews : "Je suis danseuse et une vidéo de moi sur scène aux côtés de Usher a été diffusée sur internet. Cela ne me dérangeait pas, jusqu’à ce qu’on me signale qu’un certain ‘Chronique De Bass’ l’avait reprise sur Facebook, assortie de commentaires très violents et injurieux." En effet, l'internaute surnommé "Chronic 2 Bass" s'en prenait à celle qu'il qualifiait de "beurette, un cancer qui vient de chez nous" et "qu’il faut pendre pour l’exemple".

Une autre jeune femme, recherchant une figurante pour danser dans un clip, est aussi qualifiée par cet homme de "pute maudite" dont "la tête est mise à prix, récompense à l’appui". Sur son ancienne page Facebook, "Chronique De Bass" lance même un appel pour obtenir l'adresse de cette jeune femme, afin que des "frères parisiens" lui fassent "manger le sol".

 

Lu sur Metro News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !