Attentats de Paris : Amédy Coulibaly "aurait reçu des instructions depuis l'étranger", selon le procureur de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentats de Paris : Amédy Coulibaly "aurait reçu des instructions depuis l'étranger", selon le procureur de Paris
©

Cerveau extérieur?

Attentats de Paris : Amédy Coulibaly "aurait reçu des instructions depuis l'étranger", selon le procureur de Paris

Dans un entretien accordé au journal Le Figaro, François Molins souligne que cette piste est actuellement à l'étude et "en cours de vérifications".

Le tueur de l'Hyper Cacher "téléguidé" depuis l'étranger ? C'est en tous cas la thèse évoquée par François Molins, le procureur de la République de Paris dans une interview accordée au Figaro. L'hypothèse serait à l'étude. "Selon toutes hypothèses en cours de vérification, Amédy Coulibaly a reçu des instructions depuis l'étranger", explique-t-il..

Alors que l’hypothèse d'un cerveau à l’étager a été maintes fois avancé pour les attaques des frères Kouachi, c'est la première fois qu'est soulevé l'idée d'un commanditaire étranger pour le tueur de l'Hyper Cacher dont l'attaque Porte de Vincennes avait fait quatre victimes. Amédy Coulibaly avait exprimé son allégeance au groupe Etat islamique, ou Daech, quand Chérif Kouachi disait agir au nom d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

Le procureur de Paris revient également sur une autre affaire, celle de Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d'avoir voulu attaquer des églises en région parisienne. Le jeune étudiant algérien a "été téléguidé depuis la zone irako-syrienne" souligne le magistrat.

François Molins évoque "un terrorisme low-cost" qui "fait peur car plus difficile à détecter". "Il y a vingt ou trente ans, nous travaillions sur des cellules structurées et identifiées", explique-t-il. "Maintenant nous sommes face à des individus venus de nulle part".

Dans les colonnes du journal, François Molins s’exprime également sur le terrorisme en général. Selon lui, "il n'y aucune raison d’être optimiste. La menace n'a jamais été aussi forte, notamment en raison de l'implication de la France dans la lutte contre Daech", précisant "qu'actuellement, 118 enquêtes liées au terrorisme en Syrie et en Irak sont ouvertes à Paris".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !