Attentats à Paris : l'un des kamikazes avait été sauvé par les Grecs après le naufrage de son embarcation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'évacuation du Stade de France, le 13 novembre.
L'évacuation du Stade de France, le 13 novembre.
©Reuters

Enquête internationale

Attentats à Paris : l'un des kamikazes avait été sauvé par les Grecs après le naufrage de son embarcation

Un journal grec a retrouvé les billets de ferry de l'un des djihadistes qui s'est fait exploser aux abords du Stade de France vendredi soir.

On commence à en savoir plus sur le profil d'un des kamikazes qui s'est fait exploser vendredi près du Stade de France. Hier, le vice-ministre grec chargé de la police avait annoncé qu'un passeport syrien retrouvé sur l'un des kamikazes appartient à un migrant passé par la Grèce en octobre. "Le détenteur du passeport a traversé l'île de Leros le 3 octobre 2015, où il a été identifié conformément à la réglementation européenne", a déclaré Nikos Toscas.

Le site de l'hebdomadaire people grec Protothema a remonté cette piste et découvert deux billets de ferry : celui du détenteur du passeport et un autre portant le même nom de famille. Protothema publie en exclusivité le nom des suspects: Ahmed Almuhamed and Mohammed Almuhmed. La présence ou non du deuxième homme au Stade de France n'est pas encore établie.

Le journal explique que leur embarcation de fortune a sombré au large de l'île de Léros, avant qu'ils ne soient secourus par les autorités grecques. Ils ont été enregistrés à Leros le 3 octobre (l'île, débordée ce jour-là, ne disposait pas d'assez de personnel pour vérifier l'authenticité du passeport syrien) et se sont rendus le 5 octobre à Kalymnos pour prendre le ferry pour le Pirée et arriver à Athènes. Les deux hommes ont ensuite été enregistrés en Serbie le 7 octobre.

Les deux hommes, qui voyageaient parmi un groupe de 69 personnes, ont pu - après avoir donné leurs empreintes - obtenir leur statut de demandeur d'asile, pour se rendre à Athènes et rejoindre la France.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !