Attentats : Mohamed Abrini déclare qu'il ne ferait "pas de mal à une mouche" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentats : Mohamed Abrini déclare qu'il ne ferait "pas de mal à une mouche"
©

Ah bon?

Attentats : Mohamed Abrini déclare qu'il ne ferait "pas de mal à une mouche"

BFMTV a eu accès aux déclarations de "l'homme au chapeau" devant le juge d'instruction.

Il indique qu’il ne ferait "pas de mal à une mouche". BFMTV a eu accès aux déclarations devant le juge d'instruction de Mohamed Abrini, dit "l'homme au chapeau", vu sur les images de vidéosurveillance de l'aéroport de Bruxelles. Ce dernier a minimisé son rôle dans les attentats et affirme ne pas partager les idées des kamikazes. Il décrit les frères El Bakraoui et Najim Lachraaoui, l’artificier, comme étant les "cerveaux" des attentats de Bruxelles, tout en expliquant ne pas partager leurs idées. La France était initialement visée, dans le contexte de l'Euro de football. Mais les terroristes ont dû changer leurs plans à la suite de l'arrestation de Salah Abdeslam.

C'est donc Bruxelles qui a été choisie. Mais là-encore, les choses ne se seraient pas passées comme prévu. Mohamed Abrini dit s’être enfui après les deux explosions qui avaient pour cibles les halls d’embarquements pour les Etats-Unis, la Russie et Tel-Aviv, abandonnant sa veste dans une poubelle et laissant son chapeau.

Lors de son interrogatoire face au juge d'instruction, Mohamed Abrini a affirmé ne pas être radicalisé et n'avoir jamais été en Syrie, contrairement aux affirmations du parquet belge. "Je ne ferais pas de mal à une mouche", a-t-il même indiqué. Lorsqu'il a vu l'avis de recherche lancé contre lui le 22 mars dernier, l’homme de 31 ans a décidé de se cacher, passant de planques en planques, portant des perruques pour ne pas se faire repérer.

>>> A LIRE AUSSI : Les attentats du 22 mars à Bruxelles auraient dû avoir lieu en France

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !