Attentats : Le frère de Salah Abdeslam licencié par la ville de Molenbeek | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek le 18 mars 2015
Arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek le 18 mars 2015
©

Au revoir

Attentats : Le frère de Salah Abdeslam licencié par la ville de Molenbeek

L'administration communale de Molenbeek a mis fin lundi à toute collaboration avec Mohammed Abdeslam, après des déclarations controversées au sujet de son frère Salah début avril.

Comme le rapporte ce mercredi le quotidien belge La Dernière Heure, Mohammed Abdeslam, frère de Salah et Brahim Abdeslam, aurait finalement été mis à pied par les autorités de la ville de Molenbeek, pour laquelle il travaillait.

En cause, ses déclarations récentes au sujet de son frère Salah, qui aurait selon lui "sauvé des vies". Dans le collimateur de la majorité municipale, qui envisageait déjà un possible licenciement de Mohammed Abdeslam depuis janvier, il semble que ces déclarations aient entériné la décision d'un licenciement définitif.

Toutefois, Mohamed Abdeslam n'aura occupé son poste de fonctionnaire communal au service des Étrangers de la ville de Molenbeek que jusqu'au 13 novembre dernier, avant de se mettre en congé maladie le jour suivant, pour une durée indéterminée.

A l'époque, son implication dans l’affaire du "gang des ambulanciers charognards" sortait dans la presse. Début avril, il rend visite à son frère Salah en prison, et tient des propos controversés.

Il indique notamment que son frère Salah a été manipulé, et ignorait tout des attentats prévus à Paris le 13 novembre. D'après Mohammed, Salah Abdeslam aurait ajouté : "Si j’avais voulu, il y aurait eu plus de victimes. Heureusement, je n’y suis pas allé (me faire exploser, ndlr)".

Les autorités belges l'avaient pourtant placé comme suspect n°1 dans la préparation d'une fusillade dans le centre de Bruxelles, juste avant son interpellation à Molenbeek le 18 mars dernier.

Lundi, le collège de l'administration molenbeekoise vote le licenciement simple de Mohammed Abdeslam, pour rupture de confiance. Comme il ne s'agit pas d'un licenciement pour faute grave, des indemnités lui seront versées par la commune, qui souhaite classer cette affaire comme interne.

A LIRE AUSSI : Démantèlement du réseau des attentats de Paris et Bruxelles : les prochains Salah Abdeslam et Mohamed Abrini sont-ils déjà présents en Europe ?

Lu sur La Dernière Heure

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !