Attentat meurtrier à Ankara : les réactions des politiques après le drame | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Dans la journée de samedi, une double explosion près dans le quartier de la gare d'Ankara a fait 86 morts et 186 blessés, d'après un bilan provisoire du ministère de la Santé.
Dans la journée de samedi, une double explosion près dans le quartier de la gare d'Ankara a fait 86 morts et 186 blessés, d'après un bilan provisoire du ministère de la Santé.
©Reuters

Recueillement

Attentat meurtrier à Ankara : les réactions des politiques après le drame

Dans un communiqué de l'Elysée, François Hollande a condamné ce samedi "l'odieux attentat terroriste" commis à Ankara, la capitale turque, selon un communiqué de l'Elysée. "Le président de la République adresse toutes ses condoléances au peuple turc".

François Hollande a condamné ce samedi "l'odieux attentat terroriste" commis à Ankara, la capitale turque, selon un communiqué de l'Elysée. "Le président de la République adresse toutes ses condoléances au peuple turc", écrit aussi l'Elysée. Le Premier ministre Manuel Valls a également réagi sur Twitter : 

Une manifestation de soutien au peuple kurde et au HDP, le principal parti prokurde de Turquie, s'est organisée à Paris place de la République en présence notamment du leader du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

L'Union européenne a, pour sa part, demandé à la Turquie de "rester unie" contre "les terroristes" malgré cette attaque. "Le peuple turc et toutes les forces politiques doivent rester unis face aux terroristes et contre tous ceux qui tentent de déstabiliser le pays, qui fait face à de nombreuses menaces", a indiqué Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, dans un communiqué commun avec le commissaire à l'Élargissement de l'UE, Johannes Hahn.

Outre-atlantique, la Maison Blanche a déclaré dans un communiqué : "Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus fermes l’attaque terroriste horrible d’aujourd’hui à Ankara, en Turquie. Le fait que cette attaque ait eu lieu avant un rassemblement pour la paix souligne la perversion de ceux qui sont responsables".

Le pape François s'est exprimé ce dimanche : "Hier, nous avons reçu avec une grande douleur la nouvelle de la terrible tragédie survenue à Ankara, en Turquie. Douleur pour les nombreux morts, douleur pour les blessés", a déclaré le pape après la prière de l'angélus sur la place Saint-Pierre. Et d'ajouter : "Douleur parce que les auteurs de l'attentat ont frappé des personnes impuissantes qui manifestaient pour la paix". Le pontife argentin a ensuite demandé aux milliers de personnes réunies sur la place de se joindre à lui pour un moment de prière en silence pour «ce cher pays» et pour que Dieu "accueille les âmes des défunts et réconforte ceux qui souffrent et leurs proches".

Dans la journée de samedi, une double explosion près dans le quartier de la gare d'Ankara a fait 86 morts et 186 blessés, d'après un bilan provisoire communiqué samedi après-midi par le ministère de la Santé. Le drame est intervenu avant un rassemblement de l'opposition en faveur de la paix et à trois semaines des législatives. Il s'agit probablement d'un attentat terroriste, selon des responsables gouvernementaux turcs. 

Des milliers de personnes se sont réunies dimanche dans les rues d’Ankara pour rendre hommage aux victimes du double attentat suicide. Réunis à l’appel des syndicats, ONG et partis politiques proches de la gauche et de la cause kurde qui avaient appelé au rassemblement pour la paix de la veille, les manifestants ont dénoncé la responsabilité du gouvernement, aux cris de« Erdogan meurtrier » et « gouvernement démission ».

Selon un communiqué des services du premier ministre, Ahmet Davutoglu, le bilan s’élevait samedi en fin de soirée à 95 morts et 246 blessés, dont 48 se trouvaient toujours en soins intensifs dans les hôpitaux d’Ankara. Le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde, gauche), formation qui avait appelé à la manifestation, a assuré quant à lui dans la nuit sur son compte Twitteravoir établi un bilan de 128 morts.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !