Attentat déjoué à Paris : des documents mentionnant l'Etat islamique trouvés chez Sid Ahmed Ghlam | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentat déjoué à Paris : des documents mentionnant l'Etat islamique trouvés chez Sid Ahmed Ghlam
©Reuters

De justesse

Attentat déjoué à Paris : des documents mentionnant l'Etat islamique trouvés chez Sid Ahmed Ghlam

Un étudiant en informatique, qui projetait un attentat "imminent" contre "une ou deux églises", a été arrêté dimanche à Paris, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le procureur de Paris François Molins s'est exprimé mercredi à 16h sur l'attentat déjoué dimanche. Il a notamment affirmé que Sid Ahmed Ghlam "était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec lequel il échangeait sur les modalités de la commission d'un attentat". "Des documents en langue arabe mentionnant l'Etat islamique ont été trouvés" au domicile du suspect, a ajouté le magistrat. Par ailleurs, les policiers ont trouvé "une kalachnikov chargée et 3 chargeurs, un pistolet et un revolver" dans sa voiture. 

La garde à vue du suspect pourrait être prolongée pour atteindre 6 jours, a encore dit François Molins. Sid Ahmed Ghlam a fait des déclarations "fantaisistes", affirmant s'être blessé seul. Le suspect s'est ensuite muré dans le silence.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé ce mercredi qu'un homme qui préparait un attentat  imminent contre "une ou deux églises" a été arrêté dimanche à Paris. Selon iTélé, cet homme âgé de 24 ans et de nationalité algérienne serait un étudiant en informatique déjà connu des services de renseignement. Le ministre affirme que le suspect avait des "velléités de départ en Syrie" et disposait d'un "arsenal de plusieurs armes de guerre". Il pourrait également être impliqué dans le meutre d'une femme de 32 ans retrouvée morte dimanche à Villejuif

"Des vérifications sur l’environnement de cet étudiant en informatique de 24 ans avaient été effectuées à deux reprises en 2014 et 2015, sans révéler d’éléments susceptibles de justifier l’ouverture d’une enquête judiciaire. Une fiche de sûreté le concernant avait néanmoins été diffusée" a précisé Bernard Cazeneuve.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !