Attentat déjoué à Marseille : un quatrième homme mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentat déjoué à Marseille : un quatrième homme mis en examen
©Reuters

Menace djihadiste

Attentat déjoué à Marseille : un quatrième homme mis en examen

L'homme est soupçonné d'avoir fourni une aide logistique aux deux suspects d'un projet d'attentat visant le Front national, déjoué en avril à Marseille.

Un homme, Farhan I., interpellé mardi par la DGSI dans la banlieue de Nancy, a été mis en examen vendredi pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et détention d'armes en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris ce samedi.

Selon l'AFP, il est soupçonné d'avoir fourni une aide logistique aux deux suspects d'un projet d'attentat déjoué fin avril à Marseille. Le parquet a requis sa détention provisoire, mais il a demandé débat différé devant le juge des libertés et de la détention pour contester cette mesure. En attendant cette confrontation, qui doit avoir lieu avant mercredi, il a été incarcéré.

Farhan I. est le frère de deux Kosovards arrêtés à Vandoeuvre-lès-Nancy fin avril, mis en examen pour les mêmes chefs et écroué en compagnie d'un réfugié politique tchétchène de 24 ans. Ils sont tous soupçonnés d'avoir aidé Clément Baur, 23 ans, et Mahiedine Merabet, 29 ans, notamment en fournissant les armes retrouvées lors de l'arrestation des deux hommes, le 18 avril à Marseille, à cinq jours de l'élection présidentielle. 

Selon le quotidien Libération, l'attentat déjoué visait en particulier un rassemblement organisé par la candidate du Front national. Dans un communiqué publié vendredi après-midi, Marine Le Pen a demandé l'ouverture d'une enquête à ce propos. "Il est surprenant, exceptionnel et parfaitement inadmissible, que jamais Marine Le Pen ni son équipe de campagne n’aient été informées par les autorités de cette menace très grave. Elle leur serait aujourd’hui toujours inconnue si des fuites de presse n’avaient pas eu lieu", écrit-elle, dans un communiqué intitulé "Meeting de Marine Le Pen visé à Marseille : silence honteux des autorités".

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !