Attentat de Nice : l'enquête avance, toujours six personnes en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les forces de l'ordre et la police scientifique à côté d'un semi-remorque qui a foncé dans la foule, après le feu d'artifice du 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais à Nice, tuant au moins 80 personnes.
Les forces de l'ordre et la police scientifique à côté d'un semi-remorque qui a foncé dans la foule, après le feu d'artifice du 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais à Nice, tuant au moins 80 personnes.
©REUTERS/Eric Gaillard

Terrorisme

Attentat de Nice : l'enquête avance, toujours six personnes en garde à vue

Le 14 juillet 2016 à Nice (Alpes-Maritimes), peu de temps après le feu d'artifice, un semi-remorque a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais, tuant au moins 85 personnes. L'agence Amaq (organe de propagande de l'Etat islamique) a déclaré que l'organisation djihadiste revendiquait la tuerie.

L'essentiel de l'attentat de Nice :

  • Un camion a foncé dans une foule compacte, rassemblée pour le feu d'artifice de la fête nationale sur la promenade des Anglais à Nice, noire de monde ce jeudi 14 juillet entre 22h30 et 23h, peu de temps après la fin de l'évènement.
  • Le semi-remorque blanc de 15 mètres de long a foncé sur plus de 2 kilomètres, fauchant les habitants et les touristes présents, accompagnés de nombreux enfants. Un bilan provisoire extrêmement lourd fait état d'au moins 85 morts. 18 personnes se trouvent dans un état critique. 10 enfants ont été tués lors de cet attentat. 
  • Daech a revendiqué l'attentat.
  • Le conducteur du camion,  Mohamed Lahouaiej Bouhlel, a été abattu par la police à l'issue d'une fusillade de 5 à 6 minutes selon les témoins, on ignore s'il avait des complices. Selon le gouvernement, il se serait radicalisé très rapidement.
  • Le plan Vigipirate "attentats", le "plan blanc" (hôpitaux), et le plan ORSEC ont été activés. L'opération Sentinelle de l'armée Française est renforcée.
  • L'état d'urgence est prolongé en France pour une durée de 3 mois, a confirmé le chef de l'État. Un deuil national de 3 jours a été décrété.

 

EN DIRECT

14h40 : Ces SMS qui intriguent tout particulièrement les enquêteurs.

Des complices ou un loup solitaire ?

>>> Pour en savoir plus, voir la vidéo ici <<<

14h00 : Le point sur le profil du tueur

Qui est vraiment Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le tueur de Nice ?

>>> Pour en savoir plus, lire l'article ici <<<

13h15 : Une jeune fille de 16 ans succombe à ses blessures, le bilan s'alourdit. (85 victimes).

La jeune fille qui se prénomait Laura est morte de ses blessures à l'hôpital. La nouvelle a été annoncée par sa grande soeur sur Facebook.

12h50 : 85 personnes encore hospitalisées

Les hôpitaux de Nice accueillent toujours 85 personnes dimanche, dont 29 personnes en réanimation. 18 pronostics vitaux sont encore engagés, dont celui d'un enfant. 

12h40 : Le tueur était déjà venu observer la promenade des Anglais.

Grâce à des vidéos de surveillance, on sait donc que la préméditation est très probable.

>>> Pour en savoir plus : lire l'article ici <<<

12h30 : Georges Fenech demande à Cazeneuve de ne plus attendre

Le président de la commission d'enquête a demandé à ses pairs de ne pas s'obstiner à un simple discours d'unité et à demandé au ministre de l'Intérieur de mettre en application les préconisations de son rapport sur les attaques de Paris, préparé avec Sébastien Pietrasanta.

>>> Pour en savoir plus : lire l'article ici <<<

Dimanche 17 juillet : 11h47 : L'ex-femme du tueur relâchée

Elle était en garde à vue depuis vendredi.

17h40 : 121 personnes toujours hospitalisées dont 30 enfants

Parmi ces victimes, 26, dont 5 enfants, sont encore en réanimation. 303 personnes blessées par le camion du tueur sont passées par les hôpitaux de Nice depuis vendredi.

17h35 : L'information sur la radicalisation viendrait d'une des personnes mise en garde à vue.

C'est ce qu'a déclaré l'AFP, selon une source policière. Pour rappel, 5 personnes dont l'ex-femme du tueur ont été mises en garde à vue entre vendredi et samedi.

17h30 : Le film Bastille Day déprogrammé. 

>>> Lire l'article <<<

16h35 : Marine Le Pen dénonce les "carences" graves de l'Etat

16h30 : Le psychiatre qui avait rencontré le tueur en 2004 affirme qu'il souffrait d'"altération de la vérité"

Mohamed Lahouij Bouhlel était allé voir le docteur Chemceddine Hamouda alors qu'il n'avait que 19 ans, comme le raconte l'Express. Ce dernier affirme que le jeune adulte n'allait pas bien alors, et qu'il souffrait d'un début de psychose. Il lui avait alors  prescrit un traitement. S'il ne l'a jamais revu, il affirme que rien ne laissait présager une telle transformation.

13h25 : Le camion tueur serait monté sur le trottoir

Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, le camion utilisé dans l’attentat "a forcé le passage en montant sur le trottoir" avant de faucher les badauds. L’interdiction d’accès à la Promenade des Anglais, au point d’entrée du camion, était "matérialisée par le positionnement de véhicules (de police) bloquant l’accès à la chaussée. Le camion a forcé le passage en montant sur le trottoir", a affirmé la préfecture dans un communiqué.

13h15 : Christian Estrosi interpelle le gouvernement

Devant la presse lors d'un déplacement en ville ce samedi, le président de la région PACA s'est interrogé sur l'efficacité des mesures gouvernementales. "Vous êtes ministre de l'Intérieur, vous êtes chef de l'Etat, vous êtes responsable de l'action gouvernementale, vous déclarez que votre pays est en guerre, vous prenez des mesures d'état d'urgence, cela veut dire que vous êtes censé regarder quelles sont les armes préconisées par l'ennemi pour vous abattre et que vous prenez toutes les précautions pour pouvoir contrecarrer l'utilisation de ces armes."

12h50 : François Hollande modifie son agenda

Le chef de l'Etat a décidé d'annuler sa tournée de mercredi qui devait le mener en Autriche, en Slovaquie et en République Tchèque.

11h20 : Réouverture de la promenade des Anglais

Selon les journalistes présents sur place, la vie reprend ses droits sur la célèbre avenue azuréenne. Les voitures circulent à nouveau sur la Promenade des Anglais, théâtre de l'attentat du 14 juillet, et qui sera restée fermée un peu plus de 24 heures

10h40 : L'Etat islamique revendique l'attentat

L'agence Amaq (organe de propagande de l'Etat islamique) a déclaré que l'Etat islamique revendiquait la tuerie de Nice. Les services secrets français ont indiqué qu'ils allaient authentifier cette déclaration.

Dans cette déclaration, le terroriste de Nice est présenté comme un "soldat de l'Etat islamique". Si cette affirmation était vraie, cela voudrait dire que le tueur de Nice a bien été adoubé par la hiérarchie islamiste.

 

 

10h30 : Une cérémonie d'hommage annulée

Pour des raison de sécurité, la préfecture a déclaré que la cérémonie prévue en hommage aux victimes devant le monument aux morts de Nice, était annulée.

 

------ Samedi 16/07 --------

 

20h16 : "C'est un terroriste, sans doute lié au l'islamisme radical" assure Manuel Valls

 

Le Premier ministre s'est présenté au journal de France 2, ce vendredi soir pour évoquer l'attentat. "On ne peut pas s'habituer à cela. Il y a encore quelques jours, je disais qu'il y aurait encore des victimes innocentes. Nous menons la guerre contre le terrorisme. Daech recule" assure-t-il. "Nous avons tous le cœur serré. (...) C'est un terroriste, sans doute lié au l'islamisme radical"

"Il y aura sans doute encore des victimes innocentes. Quand je prononce ces mots, j'en mesure la gravité. Mais c'est une guerre de longue haleine, à l'extérieur mais aussi sur notre sol".

"Les terroristes cherchent à nous diviser. Ceux qui ne sont pas à la hauteur des événements ne font pas honneur à notre pays" évoque-t-il à propos des critiques contre le gouvernement.

18h : Nicolas Sarkozy sur TF1 ce dimanche

"Mon parquet s'est saisi peu après une heure du matin, en activant immédiatement la cellule de crise de la section antiterroriste du parquet de Paris"

17h25 : le procureur François Molins confirme l'identité du chauffeur

François Molins a donné une première conférence de presse, confirmant l'identité du chauffeur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Ce dernier, un chauffeur-livreur tunisien, était bien connu de la justice et avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis en avril dernier, pour des violences avec armes. Il n'avait jamais fait l'objet de la moindre fiche ou du moindre signalement de radicalisation" précise le procureur. il a aussi déclaré que dix enfants et ados figurent parmi les victimes.

"Le terroriste a tiré sur 3 policiers, les policiers ont répliqué (...) le terroriste a été retrouvé mort sur le siège passager."

L'attaque n'est pas revendiquée, mais elle "s'inscrit et correspond aux appels au meurtre d'organisations terroristes."

 

16h30 : "On a entendu plusieurs fois Allahu akbar", raconte un témoin

"On a entendu plusieurs fois Allahu akbar, trois fois", raconte un témoin à Nice Matin. "J'ai vu qu'il prenait le volant à droite, à gauche, dans tous les sens, pour viser un maximum de visite. C'était horrible, il y avait des enfants par terre, en morceaux, des femmes, des personnes âgées... Ce n'est pas évident, ni à vivre, ni à raconter".

16h15 : l'ex-femme du suspect en garde à vue

15h53 : le bilan actuel des blessés 

15h42 : Valls à la télévision ?

15h31 : Ni armes, ni explosifs au domicile de l'assaillant, selon Itélé

L'ex-femme du suspect a, par ailleurs, été emmenée en garde à vue.

15h21 : "Une cinquantaine de personnes sont en urgence absolue" annonce François Hollande

"Le monde entier nous regarde" a déclaré François Hollande en arrivant à Nice. "Nous sommes un pays fort, capable de surmonter toutes les épreuves. Nous avons un ennemi qui va continuer à frapper tous les peuples, tous les pays, qui ont les libertés comme valeurs essentielles." Il a par ailleurs précisé qu'une "cinquantaine de personnes sont en urgence absolue."

14h16 : L'aéroport de Nice est évacué en raison d'un colis suspect, selon des journalistes

13h50 : Au moins huit victimes étrangères

2 Marocains
2 Américains

1 Russe
1 Arménienne
1 Ukrainien
1 Suisse

13h40 : Poutine s'adresse à François Hollande

"La Russie sait ce qu’est la terreur et les menaces… Notre peuple s’est plusieurs fois affrontée à ce type de tragédies et ressent profondément ce qui s’est passé, compatit avec le peuple français et se montre solidaire avec lui », a déclaré Vladimir Poutine."

13h23 : Une perquisition a eu lieu dans l'appartement du suspect

13h : Une Russe, une Arménienne et un Ukrainien font partie des victimes

12h35 : un homme "solitaire" et "silencieux"

Selon les voisins du suspect, interrogés par l'AFP, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était un homme "solitaire" et "silencieux". Il l'avait pas l'apparence d'un homme religieux.

12h27 : François Hollande est arrivé à Nice

12h16 : deux victimes américaines

"Actuellement, nous pouvons confirmer que deux citoyens américains ont été tués lors de l'attaque à Nice le 14 juillet", a indiqué John Kirby, porte-parole du département d'Etat américain.

11h47 : doutes sur le profil du chauffeur

Selon M6, le chauffeur s'appelle Mohamed L, un Franco-Tunisien de 31 ans, domicilié à Nice. Pour Le Monde, il s'agit d'un ressortissant tunisien, muni d'un titre de séjour. Le procureur devrait donner des informations plus précises dans l'après-midi. Selon France Info, il était sous contrôle judiciaire depuis 15 jours suite à un accident de la route où il s'était endormi au volant. Il avait obtenu son permis poids lourd depuis moins d'un an et était en instance de divorce. La radio évoque aussi des difficultés financières. 

11h40 : au moins trois victimes allemandes

Les autorités scolaires allemandes ont annoncé le décès d'une professeure et de deux élèves qui fêtaient leur baccalauréat à Nice lors d'un voyage scolaire.

11h30 : le camion a subi les impacts de balles des policiers

11h25 : "si tous les moyens avaient été pris, l'attentat de Nice n'aurait pas eu lieu" affirme Alain Juppé

Le maire de Bordeaux s'est montré, lui aussi, très critique contre le gouvernement, au micro d'Europe 1. "La vigilance doit être de tous les instants. Nous sommes peut-être la cible numéro 1 de l’Etat islamique" a-t-il expliqué. "La compassion, la solidarité et le sentiment de révolte devaient primer face à l'horreur absolue qui vient de se produire (…) si tous les moyens avaient été pris, l'attentat de Nice n'aurait pas eu lieu" affirme Alain Juppé."

11h18 : Des perquisitions en cours

11h06 : Le procureur de la République de Paris, François Molins, va donner une conférence de presse à Nice, à 17 heures

10h51 : tentative héroïque

10h50 : qui sont les victimes ?

L'identification des vicitmes se poursuit. Le maire de Nice a déjà évoqué "plus d'une dizaine d'enfants" parmi les morts. Selon Metronews, le commissaire adjoint de la Police Aux Frontières de Nice fait aussi partie des victimes. Des ressorissants étrangers seraient aussi concernés par le drame.

10h40 : le bilan actuel de l'attentat

10h35 : Manuel Valls appelle à l'unité, François Hollande décrète un deuil national

Le Premier ministre Manuel Valls s'est exprimé à l'issue du conseil de défense. Un deuil national a été décrété pour les 16, 17 et 18 juillet. "La France ne cédera pas à la menace terroriste" a rappelé le chef du gouvernement. "La France va devoir vivre avec le terrorisme et nous devons faire bloc" a-t-il rappelé soulignant que la France devait être "unie et rassemblée." Par ailleurs, la prolongation de l'état d'urgence sera présentée en Conseil des ministres mardi, puis au Parlement mercredi et jeudi.

10h15 : le trajet meurtrier du camion


10h : le suspect sous contrôle judiciaire depuis un mois

Selon l'AFP, le chauffeur a été identifié par la police mais son identité n'est pas encore dévoilée. Selon M6, "cet homme était connu pour cinq faits de délinquance de “droit commun”, de violences avec armes notamment. Il a été interpellé pour une de ces affaires il y a moins d’un mois et faisait l’objet d’un contrôle judiciaire."

9h55 : les unes de presse ce vendredi

9h50 : Le président de la commission d'enquête sur la lutte contre le terrorisme réagit sur BFMTV

"On voit bien que l'état d'urgence, qui est en ce moment appliqué, n'empêche pas ces actions" souligne le Républicain Georges Fenech. "Notre rapport pose la question de la pertinence de la force Sentinelle. (...) Tout ça nous paraît être en-deçà de ce que nous devons faire aujourd'hui. Il faut véritablement passer à la vitesse supérieure."

9h44 : Le Monde évoque "un ressortissant tunisien"

Alors que les dernières informations pointaient du doigt un "franco-tunisien", Le Monde évoque, selon ses informations, un "ressortissant tunisien né en 1985, résidant à Nice et possédant une carte de séjour."

9h35 : le camion avait été loué deux jours auparavant

Selon Le Figaro, "le suspect avait loué un camion frigorifique deux jours auparavant à Saint-Laurent-du-Var, commune  limitrophe de Nice. La location courait sur plusieurs jours."

9h34 : Itélé confirme l'indentité du chauffeur

selon Itélé, la carte d'indentité retrouvée dans le camion correspond bien au chauffeur.

A LIRE AUSSI - Attentat de Nice : ce que l'on sait du tueur du 14 juillet

9h15 : Nicolas Sarkozy soutient la prorogation de l'état d'urgence

"Nous sommes dans une guerre qui va durer, avec une menace qui se renouvelle sans cesse. L'adaptation et le renforcement en permanence de notre dispositif de lutte contre le terrorisme islamiste restent une priorité absolue. Une fermeté et une vigilance exceptionnelle de chaque instant et pendant longtemps seront nécessaires. Plus rien ne peut être comme avant."

9h25 : "On ne peut pas faire la guerre et faire la fête en même temps" tranche François Fillon

Sur Europe 1, l'ancien Premier ministre François Fillon critique la politique antiterroriste de François Hollande. "Si on combat l'Etat Islamique, on ne le fait pas à moitié" explique-t-il.

"Il faut rompre avec une certaine forme de naïveté" affirme de son côté Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes. "Nous devons être dans un état d'urgence permanent tant que la menace est permanente."

9h12 : les politiques réagissent

9h08 : pas encore de revendication

9h05 : le conseil de sécurité restreint vient de débuter

François Hollande et plusieurs de ses ministres dont Manuel Valls se réunissent dès 9h pour un conseil de sécurité restreint.

9h : La colère de Christian Estrosi, le maire de Nice

"Si l'heure n'est pas à la polémique, je me pose bien sûr des questions. Pourquoi l'Etat a-t-il annoncé hier à midi la levée de l'état d'urgence et décidé hier soir qu'il faut le prolonger de trois mois ? Tout ça me paraît bien désordonné."

"Pourquoi et comment cet homme a-t-il pu pénétrer sur la promenade des Anglais qui était pourtant piétonnisée ? Combien de policiers nationaux protégeaient cet événement, là où nous réclamons des renforts depuis des mois et des mois parce que nous jugeons que leur présence est insuffisante", a-t-il poursuivi.

08h39 : Des vidéos vérifiées par la rédaction de France 24

07h26 : Réactions de personnalités outre-Atlantique

Tout d'abord le Président des Etat-Unis, Barack Obama :

 

Le Président de la société Apple, Tim Cook, a posté un message de soutien et de solidarité en Français dans le texte :

 

07h06 : une carte d'identité retrouvée dans le semi-remorque

Il s'agirait des documents d'identité, d'un Franco-tunisien de 31 ans, pas fiché S, mais connu de la police pour des faits de droit commun. Pas de lien pour le moment entre l'identité de cet homme et l'auteur de l'attentat. Cette pièce a été retrouvée lors de la perquisition du camion par les forces de l'ordre.

03h25 : une attaque terroriste, pour François Hollande

"Cette attaque, dont le caractère terroriste ne peut pas être nié, est d'une violence absolue", a affirmé le chef de l'États dans une allocution. On ignore pour le moment l'identité du conducteur, ni s'il avait des complices, précise François Hollande. "C'est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste", a-t-il ajouté.

"Nous sommes dans une guerre", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a confirmé qu'une enquête était ouverte auprès du Procureur de la République.

00h47 : pas de prise d'otages

De nombreuses rumeurs évoquaient une prise d'otage dans un restaurant. Le ministère de l'Intérieur a démenti l'information et n'évoque, pour le moment, qu'un seul assaillant.

00h45 : les premières réactions tombent

00h40 : des scènes de carnage

Les lieux du drame sont jonchés de cadavre. Des vidéos circulent sur les réseaux sociaux montrant l'ampleur du drame.

00h36 : Attentat ou "acte criminel" ?

Après avoir évoqué un attentat, la préfecture parle désormais d'un "acte criminel" à défaut de pouvoir attestater du caractère terroriste, pour le moment.

00h34 : Bernard Cazeneuve est attendu sur place

Le ministère de l'Intérieur a indiqué l'arrivée du ministre dans les "minutes ou les heures à venir."

00h26 : le camion en question

00h23  : Hollande revient en urgence à Paris

François Hollande se rend immédiatement à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur, indique l'Elysée. Il était à Avignon.

00h20 : Les Niçois, invités à rester chez eux

 

00h17 : Contacté par francetv info, le parquet de Nice évoque "une soixantaine de morts"

Un camion a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais, à Nice, provoquant de nombreuses victimes, ce jeudi vers 23h.  La foule s'était réunie pour les festivités du 14 juillet. Sur Itélé, un témoin évoque aussi des coups de feu mais on ignore encore s'il s'agissait d'un ou des assaillants ou bien des policiers.

Le maire de Nice évoque "des dizaines de morts."  La préfecture des Alpes-Martimes évoque un attentat mais aucune certitude. "On déplore un bilan très lourd. Peut-être une trentaine de morts" a déclaré le sous-préfet sur BFMTV qui évoque aussi une centaine de blessés. "Il y a eu des coups de feu" a-t-il par ailleurs confirmé. Le chauffeur a été abattu par la police.

François Hollande se rend immédiatement à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur, indique l'Elysée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !