Attentat de Nice : des chaînes de TV françaises critiquées pour divulgation d'images choquantes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les enquêteurs continuent leur travail près du poids lourd qui a foncé à pleine vitesse dans une foule après le feu d'artifice du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016.
Les enquêteurs continuent leur travail près du poids lourd qui a foncé à pleine vitesse dans une foule après le feu d'artifice du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016.
©CGPME

Déontologie

Attentat de Nice : des chaînes de TV françaises critiquées pour divulgation d'images choquantes

L'indignation de nombreux téléspectateurs suite à la diffusion d’images "choc" de l’attentat à Nice dans la nuit du 14 au 15 juillet sur TF1 (LCI), France 2 et BFMTV.

Sur Twitter, de nombreuses réactions condamnent la couverture médiatique de certaines chaînes de télévision française vis-à-vis de l'attentat de Nice, notamment la diffusion d'images du camion renversant la foule, ou d'anonymes et de victimes non floutées, ou encore interviewées aux côtés de corps sans vie présents sur la scène.

Ces récents événements relancent le débat sur le droit à l'information et le droit d'informer.

Le ministère de l'Intérieur et la Police nationale ont appelé à la prudence à l'égard des media mais aussi de toute personne utilisant les réseaux sociaux pour relayer des informations sur le drame, tout comme le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui avait déjà relevé des manquements de la part des media lors des attentats de Paris et Saint-Denis en 2015.

France Télévisions a d'ores-et-déjà présenté ses excuses, reconnaissant sur le site FranceTvInfo que des "images brutales, qui n'ont pas été vérifiées selon les usages, ont suscité de vives réactions. Une erreur de jugement a été commise en raison de ces circonstances particulières."

 

 

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !