Attentats de janvier : l'imprimeur de Dammartin va être indemnisé par l'Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'imprimerie de Dammartin avait été endommagée dans l'assaut du GIGN.
L'imprimerie de Dammartin avait été endommagée dans l'assaut du GIGN.
©DR

Mieux vaut tard que jamais

Attentats de janvier : l'imprimeur de Dammartin va être indemnisé par l'Etat

L’Etat versera jusqu'à 500.000 euros à l’imprimeur de Dammartin-en-Goële, dont l'entreprise a été détruite dans l'assaut des forces spéciales contre les frères Kouachi, révèle le JDD.

Après plusieurs mois d'attente, Michel Catalano, l'imprimeur de Dammartin-en-Goële dont l'entreprise avait été assiégée le 9 janvier, a finalement reçu l'assurance que l'Etat l'aide financièrement à reprendre son activité.

Le 9 janvier 2015, deux forcenés s'étaient retranché dans l'entreprise de la commune après avoir retenu Michel Catalano pendant une heure. Il s'agissait de Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo commis deux jours auparavant4. Lors d'un assaut mené par le GIGN, vers 17 h, les frères Kouachi ont été abattus, et un employé qui s'était caché à l'intérieur est sorti indemne.

Fin juillet, le gérant a reçu une lettre signée de Manuel Valls. Elle confirme une promesse de François Hollande : l'Etat attribuera 500.000 euros au maximum, somme qui permettra "la reconstruction des locaux rendus inutilisables par l’intervention des forces de l’ordre ainsi que le redémarrage de l’activité et le maintien des emplois", précise la lettre que le JDD a pu consulter.

Cette aide, que Manuel Valls promet "simple et rapide", est attribuée au titre du Fonds national d'aménagement du territoire.

Grâce à cette somme, Michel Catalano va pouvoir reconstruire son entreprise "dans le même lieu". L'architecture du bâtiment va être modifiée piur "ne pas avoir trop de souvenirs qui émergent en venant travailler", explique le gérant, qui loue actuellement un local à quelques kilomètres de là mais ne réalise qu'un tiers du chiffre d'affaires nécessaire pour être à l'équilibre.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !