Attentat de Boston : trois étudiants suspects placés en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentat de Boston : trois étudiants suspects placés en garde à vue
©

Suite

Attentat de Boston : trois étudiants suspects placés en garde à vue

De l'ADN féminin avait été trouvé sur une des deux bombes qui ont explosé le 15 avril et fait 3 morts et 264 blessés.

Les autorités américaines ont révélé, ce mercredi 1er mai, l'arrestation et a garde à vue de trois nouveaux suspects dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Boston. L'identité exacte des suspects n'a pas été révélée par la police.

La police de Boston a précisé que ces arrestations n'impliquaient pas l'existence d'un risque pour le public. Selon le site Boston.com, les trois suspects seraient des étudiants de l'université de Dartmouth, où étudiait Djokhar Tsarnaev, qui seraient accusés de l'avoir aider pendant sa cavale.

Selon la chaîne d'information CNN, les trois suspects seraient aux mains du FBI, et non par la police de Boston. Le quotidien The Boston Globe évoque quant à lui de trois étudiants.

D'après CNN, au moins deux des trois sont originaires du Kazakhstan. Il seront accusés d'avoir fait de fausses déclarations aux forces de l'ordre, de conspiration et d'entrave à la justice. NBC rapporte qu'ils étaient surveillés depuis 10 jours et auraient aidé Dzhokhar Tsarnaev à faire disparaitre certaines affaires de sa chambre universitaire après l'attentat.

Le troisième suspect serait citoyen américain. Selon les médias américains, il ne s'agirait pas de la veuve de Tamerlan Tsarnaev, Katherine Russell. La police s'intéressait depuis quelques jours à la jeune femme de 24 ans, après la découverte d'une trace d'ADN féminine sur l'une des cocottes-minute transformées en bombe par les auteurs de l'attentat.

Lu sur Boston.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !